• Au fil des livres :

     

    Teresa Radige et Stephano Turconi : « Le Port des Marins Perdus » Glénat

    Il s’appelle Abel, Abel Reynold Stevenson, ex-capitaine de vaisseau de la marine. Il est voleur, assassin, traite et mort. Au port, ses trois filles n’en croient pas un mot et elles attendent qu’il soit réhabilité ou qu’il revienne, chacune à leur façon… Quand un autre Abel va entrer dans leur vie…

    Le livre a reçu le Prix Gran Guinigi du meilleur roman graphique au festival de Lucca en 2015. Il le mérite amplement, autant pour les textes que pour le graphisme.
    Un coup de cœur.

    ABC


    13 commentaires
  • En écho à l'article de Quichottine :

    Une amie m'a offert un petit bijou de mots et d'illustrations

    un simple enchantement :

    Maman :

    Un magnifique cadeau

    pour toutes les mamans du monde

    qui à une page ou à une autre se reconnaîtront

     

    ABC


    15 commentaires
  • Jean-Christophe Rufin : « Le tour du monde du roi Zibeline »

    Nous sommes au début des années 1780 à Philadelphie, chez Benjamin Franklin. Le Comte Auguste Benjowski et son épouse Aphanasie vont lui raconter leur incroyable aventure. Né en Hongrie, vivant en Pologne, exilé au Kantchatka, fuyant vers le Japon et les Philippines, Auguste devenu roi à Madagascar, vient chercher soutien auprès de Benjamin Franklin, comptant sur l’aide des Etats-Unis.
    Cette aventure incroyable de deux personnages historiques mais bien oubliés, est un vrai conte de prince et de princesse, plein de rebondissements…
    Le livre se lit très facilement. Tout l’art de Jean-Christophe Rufin est de faire parler successivement Auguste puis Aphanasie, avec une très bonne perception des différences entre psychologie masculine et féminine.

     Lorraine Fouchet : « Les couleurs de la vie »

    Kim tient, avec son compagnon Clovis, la maison de la presse de l’île de Groix… Bouleversée par la mort inattendue de sa grand-mère qui l’a éduquée, elle quitte l’île où Clovis promet de l’attendre, pour essayer de comprendre l’acte de sa grand-mère, et faire le point sur sa vie… Pendant un mois elle va aider Gilonne, une ancienne actrice excentrique dans une résidence haut de gamme pour personnes âgées à Antibes. Elle y fait la connaissance de Côme et bien malgré elle, elle est plongée dans une intrigue familiale qu’elle veut absolument résoudre…
    Arrivera-t-elle à faire son propre deuil en acceptant sa condition d’orpheline tout en se débattant pour protéger Gilonne à laquelle, au fil des jours, elle s’est attachée et en essayant de ne pas trop penser aux mensonges téléphoniques de Clovis ?
    Ce roman plein de rebondissements, parfois un peu poussés à l’extrême, écrit avec un style alerte est plein de charme, de tendresse sans cacher toute fois les difficultés et les drames vécus par les différents personnages.
    « Quand on veut voir si les poissons sont heureux, on s’immerge et on nage avec eux »


    Charif Majdalani : « L’empereur à pieds »

    1850, un paysan arrivé dont ne sait où, avec ses trois fils, prend possession de terres à cultiver sur les Monts Liban…
    Une longue histoire familiale démarre entre la montagne et Beyrouth, entre l’agriculture et le commerce. Petit à petit, la famille va imposer sa puissance et sa suprématie.
    Le paysan, fut toujours nommé « l’empereur », grâce à sa stature et à son comportement. Il va imposer une loi à l’ensemble de ses descendants, les cadets ont interdiction de fonder une famille pour ne pas disperser les terres ni émietter la fortune.
    Fuite des cadets, exil, voyages à travers le monde, meurtres, violence, amour et haine jalonnent la vie de cette famille libanaise de 1850 à nos jours…
    Un récit très bien mené par l’auteur libanais et professeur de français à l’université de Beyrouth… Toute l’histoire contée par le premier des cadets qui va oser transgresser cette loi inique, sans toute fois accepter que les terres soient partagées de son vivant.
    Un livre très intéressant dans lequel on peut parfois perdre le fil à cause du nombre des personnages.

    ABC


    9 commentaires
  •  

    Coup de cœur :

     

    "L'enfant qui entendaient les étoiles"

    Élodie Fondacci

    Baptistine Mésange

    Éditions Gautier.Langereau

     

    Un petit bonheur de lecture très joliment illustré

    ABC


    16 commentaires
  • Il y a mille et une façon de faire rêver un enfant,

    nous essayons de le réaliser grâce à "Voyage" écrit et mis en page au profit de l'association "Rêves"

    ***

    Je viens de découvrir "Georgia", CD et comédie musicale réalisés au profit de "SOS villages d'enfants",

    ce fut pour moi un vrai coup de cœur, amplement partagé par les deux aînés de mes petits enfants (11 et 9 ans).

     

    Rêves d'enfant (2) :

     

    Rêves d'enfant (2) :

     

    Si vous aimez l'enfance, la poésie et le chant,

    n'hésitez pas à partager le grand rêve de Georgia

    pour que les enfants d'une même famille ne soient pas séparés.

     

    ABC


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique