• En écho à Zazarembette (Cliquez sur son pseudo pour retrouver l'article) :

     

    Ne pensez pas que je reviens

    Je ne fais que passer

    Attirer par l’irrésistible parfum

    D’une tendre maisonnée

    Ce soir je recherche le câlin

    Berceuse de mes jeunes années

     

    Ne pensez pas que je reviens

    Ce serait mal me juger

    Je passe m’abreuver aux racines

    Qui jadis m’ont structurée

    Et atténuer les pensées chagrines

    Qu’en vos cœurs j’ai semées

     

    La jeunesse m’a poussé vers la sortie

    L’expérience me dicte de rentrer

    Non pour expliquer

    Juste pour apaiser

    Ne pensez pas que je reviens

    Je ne fais que passer

     

    Ailleurs, l’oiseau a construit son nid

    Ailleurs, naîtront ses petits

    Ici, restera la source de son élan de vie

     

    ABC

    (rediffusion)

    J'ai beaucoup aimé écouter Jacques Bertin sur le blog de Zaza


    11 commentaires
  • Écho aux lavis de Jama

    A l'ombre des souvenirs
    la pensée s'envolent
    quand l'esprit vagabonde
    quelques couleurs s'estompent
    d'autres naissent
    la mémoire jongle
    entre rêve et réalité
    le passé s'habillant
    des sentiments du jour !

     

    ABC


    5 commentaires
  • Le vieux saule

    Non point pleureur
    Aux larmes crocodile
    Mais discrète pergola
    De tendre verdure

    Ombrelle sur la berge
    Élevant au fil des ans
    Ses baleines de ramure
    En arc cathédrale

    Le vieux saule

    Abri des amours improbables
    D’un promeneur solitaire
    Et d’une biche égarée

    Chaque strie de son écorce
    S’enrichit en silence
    Des mots qui se déposent
    À l’ombre de son tronc

    Le vieux saule

    Immortel ancêtre
    D’une saulaie disparue
    Paravent des cœurs
    Au bord d’un ruisseau

    ABC

    (rediffusion)


    12 commentaires
  • en clin d'œil à Lady Marianne et ses mardis en poésie

     

    Mes châteaux ne sont pas forts
    Sans roi ni reine
    Sans prince ni princesse
    Je n’ai aucune lettre de noblesse
    De ma pincée d’humour
    En simple troubadour
    Sans chapeau, tête nue
    J’assure le spectacle de rue
     
    Je jongle avec les mots
    En apaisant les maux
    Je gomme les pleurs
    En offrant des fleurs
     
    Ma maison est courant d'air
    Sans porte, ni clé
    Sans fenêtre, ni escalier
    Je n'ai qu'une tête et deux pieds
    Pour garnir vos paniers
    De capes et d'épées
     Demoiselles et autres chevaliers
    Pour vous ensorceler
     
    Et si troubadour
    Rimait avec amour
    Je serais le premier
    Au paradis des fées
     
    ABC

    (reprise)


    11 commentaires
  • Lettre au Père Noël :

     

    Durgola en petite graine termine sa quinzaine de Captitaine avec un jeudi poésie tout en arbre

     

    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol qui chante
    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol chanter

    Il chante pour moi la romance
    Des jours heureux de l’enfance
    Temps de jeunesse et d’insouciance
    Quand dans l’arbre nous pouvions grimper

    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol qui chante
    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol chanter

    Il chante pour moi la romance
    Des aventures de l’adolescence
    Temps où s’envole l’innocence
    Quand dans l’arbre nous rêvions d’aimer

    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol qui chante
    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol chanter

    Il chante pour moi la romance
    D’une belle descendance
    Temps d’une folle cadence
    Quand sous l’arbre nous venions souffler

    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol qui chante
    Au pied de mon arbre
    J’écoute le rossignol chanter

    ABC

    (reprise)


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique