• Au gré du souffle du vent :

    Merci à Jazzi qui nous a fait naviguer cette quinzaine entre fantastique et poésie

    aujourd'hui, je laisse la place à un poète que j'ai découvert, avec plaisir, lundi soir à Lyon

     
    Aux environs des émotions

    Le monde marche
    Sur des allumettes
    Prêtes à prendre feu

    Nous donnons
    Un paracétamol
     à l’amour

    nous arrosons
    la pelouse
    de tranquillité

    nous collons
    un sparadrap
    sur le chagrin

    et de temps en temps
    nous appelons
    les pompiers

    pour qu’ils nous donnent
    un verre
    d’eau


    Radu Bata (poète roumain)

    A découvrir ici

    Et un vrai coup de cœur pour son dernier ouvrage :

    "Survivre malgré le bonheur"

    Editions Jacques André

     


    11 commentaires
  •  

    Enfants poètes :

     

    Laisser les mots
    Couler de leur imagination
    En invitant les enfants
    À contempler les nuages
    Ils se découvriront poètes

     

    Enfants poètes :



    ABC


    21 commentaires
  • Au gré du souffle du vent :

     

    Jazzy a pris la barre et nous propulse, en images, en 2500

     

    Sans "G", défi 205 :

     

    Oiseaux de métal
    Et ours en peluche
    Au pays de l’hiver
    2500 s’acclimate

    Sans "G", défi 205 :

     

    En ce royaume
    Que l’homme a déserté
    Au profit de Mars
    L’ours est prince

    La Fontaine est oublié
    Ses animaux métamorphosés
    La bonne humeur s'enivre
    Au parfum de l'amitié

    Douceur et sérénité
    D’un paisible paradis blanc
    Sans pomme !

    Sans l’excentricité du poète, vous en ririez, c’est pourtant l’exacte vérité.

    ABC


    18 commentaires
  • Au gré du souffle du vent :

     

    Jazzy a pris la barre du navire et nous plonge dans le fantastique

     

     

    Dans la forêt des songes, un rêve
    J’en rêve et je m’altère
    J’arrive près d’un ravin, il recule,
    Une brume légère, des ombres passagères,
    Comme des arbres mystères,
    Tout se balance, je m’élance
    Une lumière, voici que j’espère
    Je tends les mains, je touche au but
    Le rayon s’éteint, plus rien
    Un souffle léger m’effleure, j’ai peur
    Je cours en restant sur place,
    C’est à peine si je me déplace
    Silence, désespérance, frisson
    Un bruit, une chanson
    Un gouffre et un ruisseau
    Je tombe, je crie,
    Ma voix me réveille
    Où suis-je ?
    Au plus profond de la forêt des songes…


    ABC


    12 commentaires
  •  

    En écho à Marie :

    Une grande nostalgie
    des larmes rentrées
    au rythme des soupirs
    s'égrainent les souvenirs

    Espérer un rayon de soleil
    que renaissent les sourires
    Au clair-obscur de la vie

     

     

     Reflet d’hier
    ombre d’aujourd’hui
    en miroir du jour
    une jeune pousse

    ABC

    (un clic sur la photo)


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique