•  

    Ma rue :

     

     

    ma rue en chemin

    mon chez moi sans quartier

    calme, lumière, espace

    Ma rue, mon quatier :

     

    ***

    Dés l'aube

    doux bruit de voisinage

    le chant des oiseaux

     

    Cris perçants

    dans l'obscurité de la nuit

    la chouette chasse

    ***

     

    Ma rue, mon quatier :

    Période d'ensilage

    jour et nuit valse des tracteurs

    des phares dans les prés

     

    ***

     Souvenirs d'une rue

    d'un quartier, de voisins

    dans une autre vie

    yes

    ABC

     

    Peu présente, je reviens vite vers vous

     


    12 commentaires
  • Inventaire :

     

    Jeudi poésie avec Martine 85

    qui j'espère ne m'en voudra pas de sortir légèrement de la consigne

    en publiant un texte paru dans mon recueil "Pêle-mêle" en 2009

     

    Inventaire :

    L’évier sur le sommier
    L’édredon au plafond
    Le secrétaire dans le frigidaire
    Le vestibule sur la pendule
    La baignoire dans l’armoire
    La bonnetière sur l’étagère
    Les rideaux dans le lavabo
    Le vestiaire sans lumière
    Le balai dans le cabinet
    Le grenier dans l’escalier
    Le lit sous le cagibi
    Et tout ce qui s’en suit….

    « Et bien ma petite mère
    Vous êtes une drôle de ménagère »

    «Mais non, très chère
    Je suis toute fière
    D’être propriétaire
    D’une maison de caractère
    Une maison révolutionnaire »

    ABC


    17 commentaires
  • Couronne jaune

    sous le ciel bleu

    de mon jardin

     

     

     

    Elles me snobent

    n'ayant d'yeux

    que pour le soleil

    wink2

     (photos prises le 23 septembre)

    ABC

     (un clic sur les photos, comme toujours)


    17 commentaires
  • Encore quelques livres lus ces derniers temps que vous pouvez retrouver sur le site  "Au fil des livres"

    Thomas B.Reverdy : « Il était une ville »

    Nous sommes à Détroit en 2008 et une blague circule, (est-ce vraiment une blague ?), « que le dernier qui parte éteigne la lumière ».
    D’Eugène, jeune ingénieur français censé superviser un nouveau projet automobile, de Candice, serveuse dans un bar, de Max, proxénète et trafiquant de drogue, de l’inspecteur Brown, enquêtant pour la police, de Charlie, jeune adolescent ou de Georgia sa grand-mère, qui éteindra la lumière ?
    Dans la fuite en avant d’une ville qui se meurt entre pratiques crapuleuses et crise des subprimes, Thomas Reverdy nous tient en haleine par ses différents personnages qu’il décrit avec beaucoup de psychologie entre cruauté et innocence.
    La crise économique mondiale sera-t-elle plus forte que l’amour et que l’espoir ?
    Un roman poignant à lire.


    Isabelle Autissier : « Soudain, seuls »

    Vouloir couper avec la monotonie de la vie quotidienne pour vivre l’aventure, Jeunes et pleins de projets, Ludovic et Louise, couple de trentenaires, s’embarquent sur « Jason » vers les mers du sud… Tout semble leur sourire jusqu’à leur halte dans une île déserte où tout bascule. Pendant leur randonnée sur l’île, une tempête se lève et à leur retour sur la rive « Jason » a disparu. Les voila « soudain, seuls » face à eux-mêmes. Comment vont-ils survivre ? Les souvenirs de leurs lectures et de leurs héros d’enfance leur suffiront-ils pour trouver les solutions pour faire face ?
    Plus beau était le rêve d’aventure, plus dure est la chute !
    Isabelle Autissier est non seulement une merveilleuse conteuse, mais aussi une fine psychologue pour nous décrire le cheminement de Ludovic et de Louise en fonction de leur tempérament. L’un ne survivra pas, l’autre devra réapprendre à vivre dans un monde « civilisé » qui l’agresse.
    Un roman tragique qui ne se lâche plus une fois commencé.

     

    Marie Sabine Roger : « Dans les prairies étoilées »

    Dans les prairies étoilées ou le monde imaginaire et créatif d’un auteur, illustrateur d’une série de bandes dessinées. À travers son quotidien, la découverte de sa façon de travailler, de voir les autres, d’être influencé par eux.
    Prune, Merlin, Laurent, Jim Oregon, Oncle Albert, Tante Foune, Lolie , Genaro et les autres, des personnages qui ne peuvent laisser indifférent.
    Plein de métaphores, d’originalité, d’amitié, de sourires, de réflexions sur la vie, sur la mort, …, ce livre s’ouvre avec étonnement, se lit avec plaisir, se referme avec l’envie d’y gouter encore…
    J’ai connu Marie Sabine Roger quand elle était petite fille. Je n’avais pas eu l’occasion de lire ses livres. Ce fut une très sympathique découverte. Je lirais avec plaisir d’autre livre d’elle.


    Pénélope Bagieu : « California Dreamin’ »

    Suite à une critique de ce roman graphique, lue dans un journal, j’ai eu envie de connaître Pénélope Bagieu et j’ai découvert Elie Cohen, dite Mama Cass qui fut adulée des jeunes américaines des années soixante.
    Je n’avais aucun souvenir des Mamas and Papas, ni de Cass…
    La lecture du roman m’a donné envie d’en savoir plus. Internet m’a permis de confronter ce que j’avais lu avec le réel. Pénélope Bagieu a un très bon coup de crayon, les dessins des personnages collent parfaitement avec les photos trouvées sur internet. C’est avec plaisir que j’ai écouté quelques extraits de leurs chansons.
    Un bon moment de détente.

    Comme vous pouvez le constater je varie les genres.

    Bonne lecture !

    ABC


    9 commentaires
  • Prévert à la mode croqueurs de mots :

     

    À la barre Martine 85 et Prévert à la façon croqueurs de mots

     

    Pour écrire un poème

    point de cahier

    point de crayon

    point de plume

    vous gommez le réel

    en ouvrant votre boîte à rêves

    vous gambadez

    avec une étoile filante

    vous n'avez ni mots

    ni phrases

    juste deux yeux en éveil

    un nez aux aguets

    des oreilles à l'affût

    vous emmagasinez

    collectionnez

    récoltez

    toutes les idées futiles et inutiles que vous rencontrez

    pourvu qu'elles soient jolies

    dés que votre tête est pleine d'imaginaire

    vous la videz dans une cruche

    en boisson parfumée de fausses rimes

    vous attendez que le poème s'infuse

    pour le verser

    goutte à goutte

    dans le lit d'une rivière

    il s'y écoule lentement

    prenant son bain de poésie

    avant de plonger dans la mer

    vous le regardez longtemps s'éloigner à l'horizon

    puis vous lui tournez le dos

    pour en écrire un autre

     

    ABC

     


    24 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires