• Nouveau thème :

    Consigne : Écrire un pantoum


    Transition

    Sieur Hiver frappe derrière ma porte
    
En rhabillant le sol en blanc.
    
Adieu le tapis de feuilles mortes,

    La saison change de vêtements.

    En rhabillant le sol en blanc,
    Décembre s’installe pour hiberner.
    La saison change de vêtements,
    Janvier pointe le bout de son nez.

    Décembre s’installe pour hiberner,

    Dans les esprits fleurissent les vœux.
    Janvier pointe le bout de son nez,
    En espérant des jours heureux.

    Dans les esprits fleurissent les vœux,
    Même si le monde marche sur la tête.
    En espérant des jours heureux,
    Accordons-nous un jour de fête. 



    Même si le monde marche sur la tête,
    Sans vouloir décrocher la lune,
    Accordons-nous un jour de fête,
    Interdiction d’être taciturne.



    Sans vouloir décrocher la lune,
    Adieu le tapis de feuilles mortes,
    Interdiction d’être taciturne,
    Sieur Hiver reste derrière ma porte.

    ABC


    Et même si la transition cette année fut printanière, je me souviens de mois de décembre sous la neige, tableau de jeunesse, il était une fois, il y a longtemps, et de janvier arrivant chargé de vœux simples et joyeux… Mon pantoum a essayé de conjuguer hier et aujourd’hui pour répondre, à ma façon, à la consigne du jour…


     
    Autres participants (lien avec leur site, certains publient le vendredi) :

    Jill Bill

     Colette  

    Zazarambette

    Golondrina

    Martine Martin

    Fabrice

    Jeanne Fadosi

    Annick L


    Prochain thème à publier le samedi 12 février 2022 sur votre blog : 

    "Repentance d'amour"

    Comme d'habitude, merci de me prévenir avant le vendredi 11 février à 18h de votre participation

     


    14 commentaires
  • Nouveau thème :

    Thème ""Je me suis assis(e) devant la mer...)


    Du haut du sixième étage, derrière la baie vitrée, je me suis assise devant la mer pour écouter le vent, regarder la houle et compter les rouleaux s’écrasant sur la digue…

    Toutes ouïes
    
regard fixé à l’horizon -
    
les minutes s’égrènent

    La tempête s’annonce, le ciel englobe la mer d’un bleu qui s’assombrit. Est-ce le jour qui tombe ? Sont-ce les nuages en colère ? Un fantôme noir galope sur l’océan.

    Entre ciel et mer

    un rideau obscur s’étire

    en
    tempête marine

    Statufiée, j’entends rugir les flots. Les yeux fixés sur la hauteur des vagues qui impitoyablement sur la grève s’écrasent, je retiens mon souffle. Toujours plus haute, toujours plus puissante, toujours plus fascinante la mer s’enroule sur elle-même. Elle se précipite, s’écroule, repart… Tout mon corps frémit au rythme des rafales du vent.

    Comme un phare

    endossant vagues et vent -

    gardienne des lieux

    Un éclair zèbre l’horizon, un coup de tonnerre déchire l’espace, la foudre tombe dans la mer… 
Puis, … Le silence sidérant et profond, la nature s’apaise. Le ciel s’éclaircit. Quelques vagues glissent sur la plage.

    Le temps de l’orage

    s’estompe subitement

    l’inquiétude retombe

    Chaque seconde gravée comme un film en ma mémoire, derrière cette vitre protectrice, j’ai entendu les hurlements d’Éole, le déchainement des flots, le fracassement des vagues. Au loin j’ai perçu l’appel de la corne de brume. J’ai tremblé pour les navires loin de leur port…
Enfin, j’ai souri. La mer en furie est devenue charmeuse. Fin d’un face à face envoutant à l’aune de la force et de la beauté des éléments.

    Devant la mer
    
à l’horizon des jours

    grandeur et faiblesse

    ABC

     Autres participants (lien avec leur site, certains publient le vendredi) :

    Jill Bill

     Colette  

    Zazarambette

    Golondrina

    Martine Martin

    Fabrice


    Prochain thème à publier le samedi 15 janvier 2022 sur votre blog :

    Écrire un pantoum français
    Vous trouverez les explications du pantoum :
    Ici

    Comme d'habitude, merci de me prévenir avant le vendredi 14 janvier à 18h de votre participation 


    20 commentaires
  • Nouveau thème :

    Thème : votre présence sera notre cadeau


    Grammaire et conjugaison :

    Une haie d’honneur pour accueillir chaque participant à la fête bisannuelle de cette famille nombreuse…
    Quatre générations réunies au bon vouloir des présents, dépassant parfois les deux cents…
    Franchir le porche sous la banderole à la décoration toujours renouvelée, au texte immuable, « votre présence est notre cadeau », écho à l’invitation annonçant tous les deux ans « votre présence sera notre cadeau ».
    Jamais de conditionnel, les nombreuses présences étant tant espérées.

    Si votre présence est notre cadeau,
    La vôtre est le nôtre,
    Singularité et réciprocité
    En offrande conjuguée,
    Grammaire et complicité
    En clin d’œil associées.
    Je viens, tu viens, il vient,
    Nous venons, vous venez, ils viennent.
    J’offre, tu offres, il offre,
    Nous offrons, vous offrez, ils offrent.
    Je reçois, tu reçois, il reçoit,
    Nous recevons, vous recevez, ils reçoivent.



    Telle est la règle chez eux, figée dans le marbre, si tu viens, tu offres, si tu offres tu reçois.

    Chère Marica,

    Qu’il est beau ce thème que tu nous as offert pour ce soir !
    Cette règle familiale n’est-elle pas aussi la nôtre ?
    
Mon ton son

    Ma ta sa
    Notre votre leur
    Viens, offre, reçois

    Ta présence m’est cadeau,
    Leur présence est le nôtre,
    Puis-je oser espérer que ma présence soit le tien ?

    ABC

     Autres participants (lien avec leur site, certains publient le vendredi) :

    Jill Bill

     Colette  

    Zazarambette

    Golondrina

    Martine Martin

    Renée


    Prochain thème à publier le samedi 11 décembre sur votre blog :

    "Je me suis assis(e) devant la mer..."

     
    Comme d'habitude, merci de me prévenir avant le vendredi 10 décembre à 18h de votre participation

     


    12 commentaires
  • Nouveau thème :

    Thème : 10 ans de notre nid des mots

    Dix ans sur la commune dont je dépends
    ici nous avons débuté en septembre 2014
    mais j'ai voulu vous associer à cet anniversaire
    car sans vous, le nid de mon jardin ne fleurirait jamais

    Merci à vous !

    Ce n’était que des mots
    Des petits, des grands,
    Des tristes, des rigolos.

    Ce n’était que des mots
    Qui parmi nous
    En phrases ont éclos

    Ce n’était que des mots,
    Prose et poésie,
    Qui chaque mois,
    Notre nid, ont enrichi

    Des mots farceurs
    Des mots enjôleurs
    Tissant leur toile
    Dix ans de mots
    Sympathiques et costauds

    Que diriez-vous de continuer notre nid de l’amitié ?

    ABC

     

     Autres participants (lien avec leur site, certains publient le vendredi) :

    Jill Bill

     Colette  

    Zazarambette

    Jeanne Fadosi

    Golondrina

    Martine Martin

    Renée

     
     Prochain thème à publier le samedi 20 novembre sur votre blog :

     "Votre présence sera notre cadeau"

    Comme d'habitude, merci de me prévenir avant le vendredi 19 novembre à 18h de votre participation


    20 commentaires
  • Nouveau thème :

    Thème : Écrire un texte dans lequel vous inclurez :

    - Un lieu : une bibliothèque.
    - Un objet : un livre.
    - Un personnage masculin : Un champion de course à pieds.
    - Un personnage féminin : Une vieille dame romantique.
    - Un verbe : pleurer

    Transmission :

    Petit déjà, elle ne l’avait jamais vu marcher, il sautait, sautillait, courait, marcher, non, jamais…
    Et quand par hasard il s’arrêtait, c’était prêt d’elle qu’il allait se pelotonner, instant de grâce où elle lui lisait les contes de Grimm, ceux de Perrault, les fables d’Ésope, celles de La Fontaine, le roman de Renart, les légendes du Moyen-âge, et les chansons de geste… Oui, instant de grâce et de complicité, transmission d’une culture et de la passion de la lecture… 
Comment pourrait-il l’oublier, elle, si fluette qui passait inaperçue et discrète dans la maison familiale rassemblant petits et grands, brassage joyeux de quatre générations…Sa place était dans la salle de bibliothèque renfermant des trésors, bandes dessinées, albums illustrés, classiques, documentaires, romans pour tout âge, l’ensemble accumulé par les uns et les autres au fil des années… Elle se tenait entre les rayons de livres et la fenêtre, toujours plongée dans la lecture à voix haute ou silencieuse suivant les heures, suivant les circonstances…
    Par la fenêtre, elle l’apercevait, baskets aux pieds, courant dans les allées du jardin toujours en mouvement, toujours pressés. Mais elle savait qu’à un moment ou à un autre, il viendrait la rejoindre, se poser et écouter. Il l’écouterait religieusement, laissant mots et images trotter dans sa tête, avant de repartir, sans crier gare, dans ses courses folles…
Dans ses moments de solitude, elle aimait se replonger indéfiniment dans un romantisme à la française qui l’avait touchée à cœur à l’adolescence. Elle ne se lasserait jamais de lire et de relire des extraits des Rêveries du Promeneur Solitaire de Jean-Jacques Rousseau, des Mémoires d’Outre-tombe de Chateaubriand, des Contemplations de Victor Hugo, des romans de Stendhal tout autant que ceux de Flaubert ou de Balzac… Et quand le soir tombait, sans même allumer la lumière, un recueil posé sur les genoux, les yeux mi-clos, elle récitait d’un air mélancolique ses poèmes chéris de Chateaubriand, Musset et Lamartine… Elle se rêvait tout autre, se recueillant en une bulle de bien-être qu’elle n’avait, n’aurait pu connaitre ailleurs…
    Lui grandissait et courait toujours, emporté par son élan, il avait atteint les sommets des compétitions sportives les plus en vue, et s’entraînait ardemment, espérant devenir champion de course à pieds de sa ville, de sa région, du pays, et plus encore… Où qu’il soit il trouvait la détente dans l’écoute des textes qu’elle lui avait lu et que petit à petit il avait enregistré sur son téléphone portable. Ses moments d’évasion le ressourçaient lui permettant de repartir toujours plus loin, toujours plus vite…
    Qu’elle ne fut pas son émotion, quand un soir d’hiver, à sa place habituelle la tête tournée vers la fenêtre, La Divine Comédie de Dante, qu’elle lisait en italien dans le texte, ayant glissé à ses pieds, il la découvrit assoupie à jamais. Elle venait silencieusement de les quitter, lui laissant le souvenir d’une vieille tante, secrète, captivante et quelque peu énigmatique… Elle semblait être au ciel, il se crut en enfer, pour elle, pour tout ce qu’elle lui avait légué, il pleura


    ABC

     Autres participants (lien avec leur site, certains publient le vendredi) :

    Jill Bill

     Colette 

    Renée

    Zazarambette

    Jeanne Fadosi

    Golondrina

    Au fil des vues

     Prochain thème à publier le samedi 16 octobre sur votre blog

    Le Nid des Mots ayant vu le jour à Panissières en octobre 2011
    Nous aurons la joie de fêter ses 10 ans
    A votre bon cœur pour publier un texte pour souhaiter cette première dizaine et ouvrir la suivante

    Comme d'habitude, merci de me prévenir avant le vendredi 15 octobre 18h de votre participation

    ABC


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique