• Lettre au Père Noël :

     

    Petite graine, merci pour cette belle quinzaine qui se clôture en poésie, en résonance avec le noir de Soulages

     

    Tristesse ou joie
    Les chanter pour les assimiler
    Chants naturels, chants du cœur
    En paroles improvisées

    Loin des flonflons
    Des paillettes et des accordéons

    Dire juste chaque jour

    Son air du temps

    Avec le chœur du ciel
    L’écorce du bouleau
    Un voile noir et blanc
    Tendresse en détresse

    Chanter l’espérance
    Pleurer la souffrance
    En un chœur d’étoiles
    Poètes d’humanité

    Murmurer tout bas
    Les notes de la vie
    Petit refrain du quotidien
    Comme une simple mélodie

    Écouter les couleurs
    Fredonner les petits bonheurs
    En peignant chaque instant
    Le son de son humeur

    ABC


    19 commentaires
  • Lettre au Père Noël :

    Petite graine, deviendra grande, euh! non, elle est déjà grande puisqu'elle a pris la barre du navire

    et nous demande de la faire voyager...

     

    Rêve ou réalité,
     Être vagabond,
    Vagabond de bonheur

    Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un jardin enchanté, tout droit sorti d’un livre d’images pour petite fille modèle. Un jardin d’Éden floral empli de couleurs et de senteurs. Il respire la paix, la douceur et le charme d’un espace réservé aux elfes et aux bonnes fées…
    Aujourd’hui, j’aimerais vous conter des routes merveilleuses, s’enfonçant vers le nord, tracées dans l’immensité glacée de terres quasiment vierges, perdues entre eaux, neige et glace ; des autoroutes aux allures limitées ignorant les gares de péages, les coups de klaxon et les appels de phares.
    Aujourd’hui j’aimerais vous faire rêver de fermes bleues, rouges, jaunes, posées sur le vert des prés ; de silos se dressant vers le ciel et, de champs parcourus  par de gros tracteurs roulant sur des rangs à cultiver, moissonner ou faucher…
    Aujourd’hui, j’aimerais vous emporter parmi les sapins, les bouleaux et les épinettes dans une vaste forêt où vivent en liberté, caribous, orignaux et ours noirs en compagnie de gros hérissons, de lièvres, d’insectes envahisseurs et d’une multitude d’oiseaux bavards et colorés. Une forêt dans laquelle vous pourriez vous promener, jouer et chanter en toute sécurité…
    Aujourd’hui j’aimerais vous faire voyager sur le dos d’un petit rorqual, d’un béluga, d’une baleine bleue ou de phoques farceurs qui vous emporteraient sur les eaux, tantôt douces, tantôt salées, d’un fleuve magique…
    J’aimerais enfin que vous découvriez des gens souriants à l’accent chantant qui vous accueillent à bras ouverts, dans un vaste pays respirant à pleins poumons l’air pur, la beauté et la joie de vivre.
    J’aimerais, mais je ne peux tout vous dire, alors je vous laisserai la joie aussi, un jour, de découvrir par vous-même, la diversité de notre monde.
    Je fus longtemps reporter-photographe.
    Aujourd’hui, j’aimerais juste être vagabond de bonheur et avec Gilles Vigneault, vous chanter cette belle contrée dans laquelle j'aspire à de nouveau voyager...

    ABC

    (reprise d'un texte publié dans mon recueil "Rives et dérives")


    18 commentaires
  • Lettre au Père Noël :

     

    Petite graine, a pris la barre et pour son jeudi poésie rejoint le Printemps des poètes, thème "le courage"


    Une grande  dame

    Il y a tant de grandes dames !
    Celle-ci le fut pour moi.
    Vous ne la connaissez pas,
    Elle restera dans l’anonymat.
    Svelte et élégante,
    Elle était, par alliance, devenue ma tante.
    Née pour la ville, raffinée et cultivée,
    Sa vie fut malmenée.
    Une vie de domestique
    Dans un cadre rustique
    Qu’elle acceptât par amour
    À quelques lieux d’un petit bourg.
    Pourtant, de temps en temps
    Bien trop rarement
    Elle me prenait par la main
    Moi qui n’était qu’une enfant
    La craignant secrètement
    Tout en l’admirant passionnément.
    Heureuse connivence
    D’instants de fausse adolescence,
    Nous quittions la fête de famille
    Pour courir à Versailles
    Dans les couloirs du château
    Admirer les collections de tableaux.
    Par sa bouche, un peu en avance,
    J’apprenais l’Histoire de France
    À travers les exploits
    Des princes et des rois.

    Souvenirs d’une petite fille qui a gardé la passion de l’Histoire de France, conjugué d’une affectueuse reconnaissance
    Pour une grande dame, qui aura vécu dans l’ombre,
    Une vie dure et un peu sombre.

    Quand je pense "courage", je pense à elle

    ABC

    (reprise d'un très ancien texte qui fut publié sur mon premier blog "Détente en poésie")


    14 commentaires
  • Lettre au Père Noël :

     

    Marie Chevalier est à la barre, merci à elle de nous avoir conduit sur le chemin des rêves...

     

    Carambar, quel cauchemar !

    Je t’écris pour te dire
    Point la peine de venir
    La porte est fermée
    Le verrou cadenassé
    Seul, le trou de la serrure
    Reste comme ouverture
    Si tu y colles un œil
    Tu apercevras le seuil
    D’une vieille chaumière
    Sombre sans lumière
    Par terre des armures
    Quelques couvertures
    Un terrible silence
    Une déroutante absence

    Je t’écris pour te dire
    Point la peine de venir
    Le jardin est saccagé
    Plus un fruit au verger
    Le ciel tombe en pleurs
    Sans arroser les fleurs
    Les empreintes de pas
    Ne te guideront pas
    Une tornade a ravagé
    L’unique sentier
    Le vent sans pitié
    A achevé le chantier
    Rode ici la démence
    Sans aucune décence

    Je t’écris pour te dire
    Point la peine de venir
    Ouf ! Je suis réveillée
    J’ai réussi à chasser
    De la nuit noire
    Ce terrible cauchemar
    Je mange des carambars
    Et autres malabars !!!

    ABC


    (reprise d'un texte publié dans "Pêle-mêle")


    18 commentaires
  • Lettre au Père Noël :

     

    Marie Chevalier est à la barre et nous offre le plaisir de rêver.

     

    Rêve évanescent :

    Les valises sont closes, demain je pars à l’aube. Je me couche fatiguée, m’endors aussitôt……

    Au volant de la voiture, je n’ai pas parcouru plus de dix kilomètres qu’une voix monocorde sortant du tableau de bord annonce :
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - …………………….
    Énervée, je ralentis…..
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - …………………….
    Je lève un poing rageur, prête à frapper le tableau de bord, quand sur mon capot surgit un petit automate rigolo à la tête carrée. Il danse la carmagnole en chantant :
    - Tu veux de l’aide, clique sur ma tête.
    - Tu veux de l’aide, clique sur ma tête.
    - ……………..
    D’une main, je conduis, de l’autre, j’ouvre la glace et tendant le bras dehors j’essaie d’atteindre ce petit diablotin…. Quand, enfin je le touche, sa tête explose « PAF !!!!!!!! »  et en sortent des bulles de savon multicolores, chacune contenant le visage d’un de mes amis blogueurs. Souriants et muets ils me regardent………. Alors, comme par enchantement, le pare-brise coulisse et je vole vers eux, moi-même dans une bulle…….
    La voiture décolle et disparaît dans la nuée en continuant de répéter :
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - Tu as oublié ton ordinateur.
    Dix secondes de silence,
    - …………………  

    Je me réveille, il est l’heure de partir. Mes valises m’attendent sur le sol et je sais, comme c’est dommage, que je n’emporterai pas mon ordinateur.
    À bientôt, amis blogueurs !!!!!!!!!!!!!!!!!


    ABC 

    (reprise d'un texte publié dans mon recueil "Pêle-mêle", dans lequel j'ai trois textes correspondant au thème)


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique