• Lettre au Père Noël :

     

    Quand Zaza devient zinzin, la route qui conduit à elle en zigzagant, nous mène au zénith, zozotant de surprise : une aventure qui se vit tout sourire au zoo du navire des croqueurs en délire !
    L’amiral a pris ses risques en lui confiant la barre, les matelots sont tous devenus zèbres ou zouaves sous l’emprise du Capitaine de la quinzaine qui très zen tient la barre avec zèle !

    P.S. Tout l'équipage a des problèmes zygomatiques, est-ce grave docteur ???
    wink2

     

    ABC

    (blog en demi-pause = ce que je peux quand je peux yes)


    16 commentaires
  • Au gré du souffle du vent :

     

    Jeanne Fadosi, à la barre des croqueurs de mots, lit nos textes avec un regard bien affuté :

     

    Top-là :

    - Tu rêves, cela coûte les yeux de la tête, et tu oses, me le proposer à l'œil.

    - Je te l'affirme les yeux dans les yeux.

    - Mon œil, je n'en crois pas mes yeux.

    - Top-là ce sera notre engagement réciproque.

    Les yeux écarquillés, je l'ai scrutée de mes yeux de lynx et malgré ses yeux de biche, j'ai refusé ce contrat de dupe qui ne m'aurait rapidement laissé que mes yeux pour pleurer.

     

    ABC


    21 commentaires
  •  

    Orpheline :

     

    Vague de mer

    sans paire de manches

    dragée haute

    et marée basse

    je dérive

    de cap en cap

    redessinant

    les côtes d'Atlantique

     

    ABC


    8 commentaires
  • Au gré du souffle du vent :

     

    Pour Martine 85 et le jeudi poésie

    qui termine une belle quinzaine corporelle

     

    Depuis toujours il avait croqué la vie à belles dents. Cela lui était d’autant plus facile qu’il avait les dents longues. Il ne tenait point compte de ceux à qui il faisait grincer les dents avec ses ambitions qu’il réalisait de manière éhontée en mentant comme un arracheur de dents. Jusqu’au jour où il se cassa les dents, qu’il avait oublié de serrer si bien qu’elles se rouillèrent complètement. Depuis il vit continuellement sur les dents en gardant une dent contre son voisin qui n’acceptera de le saluer que le jour où les poules auront des dents. Alors il ne desserre plus les dents et ne fait que remâcher entre ses dents tous les griefs qu’il a contre la terre entière et même contre son cabot qu’il n’appelle qu’en claquant des dents. Pauvre gars cela fait bien longtemps qu’il n’a plus aucune dent, et qu’il se ruine en dentier !

    ABC


    10 commentaires
  • Bientôt (jeudi poésie)

    Dernier round des Cabardouche

    avant les vacances des croqueurs

    merci à eux et bel été à tous

     

    Bientôt je n’aurai plus de vie
    Se lamentait la vitamine
    Bientôt je n’aurai plus de pieds
    Se lamentait le pierrier
    Bientôt je n’aurai plus de foie
    Se lamentait le foirail
    Regardez je n’aurai plus de dent
    Se lamentait la dentelle
    Mais tous ceux qui ne disaient rien
    Tous ceux-là n’en pensaient pas moins

     

    ABC

    (texte publié en absence)

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique