• Secret d'étang :

     


    Fleurs et plumes, tableau de Chagall, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou


    Rencontre insolite

    aux clins d’œil complices –

    boule de tendresse

    Juste un songe, au cœur de la nuit. La lune, discrète apostrophe, en témoin, s’emplume.

    
Regards intenses
     au-delà des mots –
    atout cœur

    D’un œil à l’autre, l’extase. Leur cœur,  au vent de leurs émois, tourbillonnant à l’unisson, fleurissent en un bouquet champêtre.

    Heureuse nuit
    pour âmes en fête -
    
tableau surréaliste


    Tandis que notre terre dort, le tête-à-tête d’un amour bleu s’éveille, magie nocturne jaillissant du monde enchanteur de l’artiste.

    ABC


    17 commentaires
  • Secret d'étang :

     

                                                                Miro

    Miro se joue de ses rêves
    Rêvant de ses hallucinations
    Chantent et dansent les oiseaux
    tant que le ciel est azur
    Ne tremble pas l'insecte
    La toile est vision d'artiste
    Les oiseaux ne chassent
    Que sous les poils d'un pinceau

    ABC


    10 commentaires
  •  Secret d'étang :

     Texte écrit à partir des œuvres de Theo Jansen à découvrir :

    Ici


    Nuit d’un millepatte
    en rêve blanc
    sur un tapis de sable

    « Trop grand, trop fort, trop beau, mon dieu comme je suis petit », soupire le millepatte en regardant le carnaval des songes au pays des hommes.

    Inquiétude et fierté

    l’homme s’agite 

    sa bête tourbillonne

    Et voilà que le vent en tournant la manivelle, invite à la danse. « Maman je vole », crie le millepatte entre crainte et hallucination. 

    Immense et fière

    Dame Chenille s’avance -
    danse macabre

    Le millepatte serre les paupières quand Dame Chenille pénètre sur le ring… Le rythme s’accélère, il craint la chute… Le rêve devient cauchemar à l’apparition du monstre éléphantesque envahissant inexorablement l’espace…

    Millepatte tremblant
    convoque sa mère
    -
 son doux vague à l’âme

    « C’était beau mais si impressionnant », balbutie le millepatte… « Pourquoi étaient-ils tous si grands, maman ? » « Les rêves sont toujours plus grands que nous, mon enfant, le jour se lève, ouvre les yeux et poursuis ton chemin, la route est encore longue pour rejoindre les vagues et l’océan… »



    Le millepatte se frotte les yeux, il bâille, regarde autour de lui, cette nuit encore, il a rêvé de sa mère…

    ABC


    18 commentaires
  •  

     Secret d'étang :

    Février 2017, j’avais écrit :

    Rêve arc-en-ciel

    d’une nuit chevaline -
    
sommeil bleu

    ***
    Tendresse d'un soir
    à l’écurie –

    palette d’une berceuse



    ***

    Songes équestres
    aux rayons de lune –

    verte espérance




    Franz Marc

    Aujourd’hui, je rajoute :

    Sous le rayon vert
    d’un jour sans fin
    pourquoi dors-tu toujours ?

    Sur ton flanc
    Je m’enracine
    cherchant ton souffle de vie



    Ma jeunesse s’épaule sur toi
    
en s’abreuvant
    à la source de ta tendresse

    Puis-je espérer encore
    des jours arc-en-ciel
    à l’ombre de ton souvenir ?


    ABC


    17 commentaires
  •  Secret d'étang :

     

    Avenir :

                                                       Photo Gérard Destal          


    Première floraison
    son parfum de tendresse –
    folle gourmandise

    Les moissons étaient mûres. Les fleurs resplendissaient. Abeilles, guêpes et bourdons se gavaient de pollen.  Tourbillonnant sous le soleil, sa jeunesse resplendissait. Les curieux, les gourmands, les transis comme les prédateurs, tous n’avaient d’yeux que pour elle. C’était l’été.

    Souriante et belle
    sans souci de l’horloge
    son heure papillon

    Rencontres, festins de douceurs, éclats de rire, s’enivrant des cadeaux saisonniers, l’instant se savourait. Tous croquaient les fruits de la vie, jouissant du bonheur du jour.

    C’était hier
    la récréation est close –
    sa fougue enterrée

    Hasards, doutes, craintes, la vie s’accélère, à l’aune des circonstances, à l’échelle des autres, à la pendule du monde. Que va-t-elle faire de ses dix-huit ans ?

    Garder à cœur
    son espoir d’un renouveau –
    demain peut-être ?

    Intimement savoir que l’été reviendra. Les cycles perturbés n’ont pas dit leur dernier mot. Aujourd’hui encore si belle, ses projets sont en berne. Au plus intime d’elle, garder la porte ouverte pour accueillir demain…

    Comprendre et aimer
    
leur envie d’être
    la jeunesse est temporaire


    ABC


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique