• Parfum du jour :

     

     

                                                                                                                  Photo d'Adamante

     

    Chemises au vent
    suspendues -
    sa vie en rouge

    Dire ce qu’elle est, en étant ce qu’elle dit. Silencieusement ses habits la décrivent

    Couleurs chaudes
    sous la bise légère
    elle s’enflamme

    Son sourire rouge à lèvres réchauffe le quotidien. Elle l’ensoleille.
    Joies, peines, ciel bleu ou grisaille, chacun de ses jours est un oui à la vie.

    De l’ocre au rouge
    au fil du temps fleurit
    son jardin secret


    ABC


    9 commentaires
  • Parfum du jour :

    « Qui es-tu, lecteur, toi qui, dans cent ans, liras mes vers ?
    Je ne puis t’envoyer une seule fleur de cette couronne printanière, ni un seul rayon d’or de ce lointain nuage.
    Ouvre tes portes et regarde au loin.
    Dans ton jardin en fleurs, cueille les souvenirs parfumés des fleurs fanées d’il y a cent ans.
    Puisses-tu sentir, dans la joie de ton cœur, la joie vivante qui, un matin de printemps, chanta, lançant sa voix joyeuse par-delà cent années. »
     
    Rabindranath Tagore
    « Le jardinier d’amour et la Jeune Lune » Gallimard
     
    dernier poème du jardinier d’amour.
     
     
     
     
     
    Cent ans c’était hier
    à la page du printemps
    mon jardin fleurit

    Les fleurs d’aujourd’hui ont perdu le parfum des ans en gardant la beauté des vers qui les chantaient. Le printemps d’hier embrasse celui d’aujourd’hui, les vers se retrouvent, se contemplent, s’étonnent. Les mots sont les mêmes, les rythmes différents.

    Un pétale s’ouvre
    des vers embaument le jour
    sa poésie sans ride

    Mon cœur joyeux découvre, au delà des siècles, la joie vivante du poète épousant la renaissance printanière et son tendre bouquet de fleurs, qui malgré les ans, resplendissent encore du rayonnement d’une plume immortelle.

    Jardinier d’amour
    nos chemins se croisent
    j’hume ton printemps

    ABC

    12 commentaires
  • Tour de demain :

     

     

    A la rame :

     

    A la rame
    Parfois à la ramasse
    Les mots glissent
    Les mots s’enfuient
    Rebelles
    Sur l’onde du papier
    Ils m’échappent
    Je tends ma voile
    J’implore le vent
    Voyelles et consonnes
    Se jettent à l'eau
    Une de trop
    Une de moins
    Faute ou étourderie
    Mauvais hasard
    Quelques dents grincent
    Des sourcils se plissent
    Je verse une larme
    L’orthographe résiste
    Luttant sans arme
    Je m’entête
    Ma plume m'impose
    Ses imperfections

     

    Au gré du courant
    A la rame
    Comme à la ramasse
    Sans compassion
    Blessures et doutes
    Solidement ancrés
    Au cœur de soi


    ABC


    15 commentaires
  • Tour de demain :

     

    Respiration :

     Un extrait de la bannière de Mawangdui

     

    J’inspire,
    J’expire,
    Je soupire,
    Je bâille

    Je respire,
    Je m'étire,
    Je chante pour les étoiles,
    Amorçant les premiers pas,
     Du bal de la nuit,
    Je bâille

    Tout mon corps rime
    Au rythme de ma vie,

    En chemin de lumière
    Au feu des rayons nocturnes
    Je plonge au cœur du bien-être

    J’apprends l’épanouissement,
    Le chant des mots m’emporte
    Sous la bannière du temps
    Je vais vers un ailleurs
     
    J’inspire,
    j’expire,
    je soupire,
    je bâille,
     sans m’endormir
    Un pas de deux
    Une course folle
    J’explore mes limites
    sur un chemin bienfaiteur

    Je danse sous les étoiles
    Ce soir je suis au bal

    ABC


    20 commentaires
  • Tour de demain :

     

    Radio insoumise :

     

    Radio insoumise à radio libre, je répète radio insoumise à radio libre, mes électrons s’agitent en ondes positives. Le vent souffle sur l’herbe des prés, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

    Quelques brins d’herbes
    secouées par le vent du jour –
    leurs vers délirent

    Radio insoumise à radio libre, aucune consigne ne s’impose, les rebelles prennent la parole, écoutez-les, je répète écoutez-les.

    La bride sur le coup
    en toute décontraction
    les mots s’expriment

    Les brins d’herbe occupent le studio, je répète, les brins d’herbes occupent le studio. Adamante confiante contrôle ses troupes en les défiant.

    Studio en fête
    toute consigne envolée –
    pas de panique

    Des bruits étranges résonnent ici et là, des clics et des déclics, les doigts s’agitent, les lèvres remuent. Avec ardeur, chacun s’applique. La révolte s’estompe, je répète la révolte s’estompe.

    Poésie insoumise
    échauffant les claviers
    sans compassion

    Adamante jongle avec les pousses réfractaires, qui occupent le terrain, en les amadouant. Les vers s’arrosent dans les verres, et chacun trinque à la santé de son herbier préféré.

    A la vôtre
    au plaisir du partage -
    herbier je t’aime

    ABC


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique