• Parfum du jour :

     

    Au clair de la lune
    Il y avait Pierrot
    Jean aussi
    Ni l’un ni l’autre
    N’avaient les pieds sur terre

    Au clair de la terre
    Il y a la lune
    Ciel noir sans étoile
    Pour une planète bleue
    De marées en éclipses
    rêvant de s’amarrer aux cieux

    Beau et long voyage
    D’un rêve prenant forme
    Objectif lune
    « Un petit pas pour l’homme
    Un grand pas pour l’humanité »

    Avant l’heure
    Hergé l’avait écrit
    On a marché sur la lune

    ABC

    (voir l'illustration sur images et rêves)


    9 commentaires
  • Parfum du jour :

     

    Tempête :

    Louis M. Eilshemius, Le Hollandais Volant, 1908,Whitney Museum of American Art, New York

     

    Au cœur de la tempête
    Sombrent légendes et fantômes

    A la folie des voyages,
    A la colère des cieux
    A la fureur des flots
    Se substitue
    La force des songes

    Comme il n’y a pas de fumée sans feu
    Il n’y a pas de risque sans péril

    Abordages et amarrages
    La vie pas à pas s’écrit
    En quotidienne aventure

    ABC


    11 commentaires
  • Parfum du jour :

     

    Cascade d'or :

    MarHak

     

    Au fil de la vie, chaque paysage emplit sa garde-robe de nos souvenirs et s’habille de la richesse de nos regards.

    Sans mot, sans voix
    j’écoute la cascade d’or
    son chant d’eau

    Verrais-tu seulement ce que j’y vois ? Te souviendrais-tu de nos escapades ?

    A fleur d’enfance
    renaissent les souvenirs -
    notre torrent alpin

    Là-haut, tout là-haut le glacier recule lentement, en bas la cascade nous enchante.
    Entre pont et barrages d’un jour, se bousculent nos jeux d’alors, fous rires et inconscience…

    Aux couleurs chaudes
    se mêlent bleu et vert tendre
    l’été s’installe

    Tant de saisons depuis ont défilé, parsemées des multiples nuances de la vie. Couleurs et nuances se coordonnent. Les unes faisant échos aux autres, du printemps à l’hiver, oscillant d’hier vers aujourd’hui et réciproquement… Goutte à goutte, la clepsydre s’écoule. Les année passent… Seule, je contemple le paysage, en remontant l’horloge des ans…

    Un tableau
    m’y voilà, nous y sommes
    c’était hier

    sans toi l’absence s'y incruste
    aujourd’hui

     

    ABC


    15 commentaires
  • Parfum du jour :

     

    Relaxation :

     

    Tourbillons
    en nœud gordien
    suffocation

    Quelques strates se superposent, s’enlacent, s’évaporent, reviennent, s’entremêlent. Elle marmonne, soliloque, respire, s’étouffe, abandonne sans jamais s’abandonner.

    Case départ
    tout reprendre à zéro
    inspiration

    Quelques minutes de répit, une simple pause, arrêt sur image, tandis que le film continue. Elle entend des mots, les voit, arrive au puits. Il faut descendre. Son cœur s’emballe, sa gorge se noue, montent les larmes. Encore un coup pour rien.

    S’enfermer
    en sa propre sphère
    expiration

    Une envie de tout lâcher, justement lâcher prise. Oublier la palissade, le chemin, le puits, la descente, la plage, le trésor, le soleil au loin… En lotus, elle s’endort…

    Revenir
    apprendre à être soi
    respiration

    Laisser filer le temps. Progressivement s’apaiser en son jardin secret. Ses bulles n’ont jamais rien eu de pastel. Elle les amadoue et petit à petit les apprivoise.

    Chaque jour
    au bord de son rivage
    elle s’accorde

    ABC


    14 commentaires
  • Parfum du jour :

     

    Poisson :

     

    Que dire d’un poisson nageant au cœur de la vie,
    Son aquarium accumulant reliques et souvenirs,
    Comme une mémoire se déversant au bord d’une fontaine.

    Voyages, rencontres, racines et bulles personnelles
    En brasse coulée, planche et papillon, il trace sa route.
    Comme fœtus avant de naître, il flotte entre deux eaux.

    La flute donne le la, la lune s’emméduse, l’ourson boit la tasse.
    Quand le merle chante, l’avion passe le mur du son.
    Le panneau de Sonne-Pinson s’efface sous quelques giboulées.

    Poisson, quand tombe le soir, contemple les années qui passent.
    Son bocal rempli des couleurs marines lui rappelle qu’un jour,
    Au bord de la noyade, il ancra son navire sur une dune engloutie.

    ABC


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique