• Une minute pour convaincre, défi 179 :

     

    À la foire aux coups de cœur, vous avez une minute pour convaincre

    et nous faire craquer pour un de vos objets favoris

    (un objet et un seul, il vous faut être bref et très persuasif)

     

    Tout en tenant la barre

    je ne perds pas le cap

    en tentant de vous convaincre

     

     

    Coup de foudre, coup de cœur en Irlande

    où chaque porte était ornée d'un heurtoir

    tous plus beaux les uns que les autres

     

    j'ai  adopté mon préféré

    je l'ai baptisé "Gudule"

    et depuis

    Une minute pour convaincre, défi 179 :

    Faites-moi plaisir

    dites-moi que vous aussi

    Vous l'aimez

     

    smile

     

     

    ABC


    29 commentaires
  • Pour ce jeudi poésie chez les croqueurs, j'ai proposé le mot "onde"

    Onde :

     

    J'ai choisi une fable dans laquelle, malgré l'onde pure, le plus féroce a eu raison du doux.


    Le Loup et l'Agneau

    La raison du plus fort est toujours la meilleure :
    Nous l'allons montrer tout à l'heure.
    Un Agneau se désaltérait
    Dans le courant d'une onde pure.
    Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
    Et que la faim en ces lieux attirait.
    Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
    Dit cet animal plein de rage :
    Tu seras châtié de ta témérité.
    - Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté
    Ne se mette pas en colère ;
    Mais plutôt qu'elle considère
    Que je me vas désaltérant
    Dans le courant,
    Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,
    Et que par conséquent, en aucune façon,
    Je ne puis troubler sa boisson.
    - Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
    Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
    - Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
    Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.
    - Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
    - Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens :
    Car vous ne m'épargnez guère,
    Vous, vos bergers, et vos chiens.
    On me l'a dit : il faut que je me venge.
    Là-dessus, au fond des forêts
    Le Loup l'emporte, et puis le mange,
    Sans autre forme de procès.

    Jean de la Fontaine (1621-1695)

     

    Le loup reste le loup, ne l'oublions jamais

    ABC


    15 commentaires
  • Au fil des jours :

     

    Lilou a repris la barre pour un jeudi poésie libre de thème

     

    Au fil des jours

    Un chemin de froid
    Pour une rupture de cœur
    Un ami qui s’en va
    Sans laisser son adresse
    La vie poursuit sa route
    En bourrasques d’hiver

    Un chemin de joie
    Pour un simple clin d’œil
    Un ami qui comprend
    En envoyant un signe
    La vie qui sourit
    Comme rayons de soleil

    Un chemin de croix
    Pour un travail sur soi
    Une main qui se tend
    En ouvrant grand sa porte
    La vie qui revit
    Avant même le printemps

    Un chemin de foi
    Pour affronter les jours
    Un ami qui partage
    Sans jamais critiquer
    La vie qui s’apaise
    En attendant demain

    ABC

     


    16 commentaires
  • en chansons :

    En chansons à la barre avec sa chorale Fanfan

     

    Je pense que vous devinerez aisément la chanson qui m'a inspirée parmi les traditionnelles chansons enfantines:

    Chansons des croqueurs de mots

    Sur le fleuve de la vie (bis)
    Il y avait un batelier (bis)
    Et qui ramait
    Et qui ramait
    Et qui ramait comme un petit fou (bis)
    Fou, fou, fou

    Un navire vint à passer
    Allure fière et décidée
    Et qui l’a é éclaboussé
    Oui qui l’a é éclaboussé
    Du souffle de son amitié (bis)
    Tié, tié, tié

    À beau navire si j’pouvions
    Croquer comme vous (bis)
    Dans tous les mots de l’équipage
    Ne ramerions pas comme un fou (bis)
    Fou, fou, fou

    Le capitaine apitoyé (bis)
    À son bord oui l’a fait monté
    Depuis ne se sont plus jamais quittés
    Ne se sont plus jamais quittés
    Té, té, té

    Amis vous qui aimez chanter (bis)
    Venez aussi vous joindre à nous
    Pendant que nous sommes à quai
    Plus on est de fous et plus ça mousse
    Plus on est de fous et plus ça mousse
    Plus on est de fous et plus ça mousse
    Plus on est de fous et plus ça mousse
    Mousse, mousse, mousse

    wink2

    ABC

    et pour ceux qui n'ont pas trouvé ils peuvent aller écouter ici


    20 commentaires
  • En chansons :

    Pour les jeudis poésie des croqueurs

    à la barre Fanfan

     

    Avec une chanteuse que j'aime beaucoup, en hommage aux anges en blouses blanches que j'admire :

    Dans le couloir,
    Il y a des ailes :
    L'Aile Sud,
    L'Aile Nord,
    L'Aile qui va de l'Est en Ouest.
    Dans le couloir,
    Il y a des anges
    Qui se déplient,
    Qui se déploient,
    Disparaissent derrière des portes,
    La 2, la 6 ou la 23.
    Dans le couloir
    Il y a des anges
    En sandales
    Et en blouses blanches
    Qui portent, accroché
    Sur leur cœur,
    La douceur de leur prénom.
    Dans le couloir,
    Il y a des rires,
    Des chuchotés
    Et des éclats.
    Y a des pâleurs,
    Y a des urgences.
    La chambre 12 qui s'en va.
    Dans le couloir,
    Y a des appels
    Qui s'inscrivent en lampes bleues
    Sur un grand tableau de milieu.
    Il y a des odeurs,
    Y a des lourdeurs de fleurs fanées.
    Il est midi.
    Y a le bruit des chariots qui grincent
    Et les odeurs de ragoût froid.
    Il y a des pas.
    Il y a des voix
    Dans le couloir,
    Devant la 12.
    Y a des silences,
    Y a des errances,
    Y a des sanglots.
    Il y a des anges
    En blouses blanches
    Qui bercent le désespoir.
    C'est 18 heures.
    Y a des appels
    Dans le couloir.
    C'est l'heure des solitudes
    Et des angoisses.
    Dans les chambres,
    Y a des combats,
    Y a des victoires,
    Y a des colères,
    Y a des courages,
    Des rémissions,
    Des espérances,
    Des volontés de savoir.
    Il fait chaud,
    Il fait froid.
    Il y a la douleur tenace,
    Des fatigues à n'en plus pouvoir,
    A ne plus rien vouloir
    Que dormir,
    Dormir
    Seul,
    Le visage contre le mur.
    Il est minuit
    Dans le couloir.
    Il y a des ailes :
    L'aile Sud,
    L'aile Nord,
    L'aile qui va de l'Est en Ouest.
    Dans le couloir,
    Il y a des anges
    En sandales
    Et en blouses blanches
    Qui portent, accroché
    Sur leur cœur,
    La douceur de leur prénom

    Pour écouter la chanson :
    https://www.youtube.com/watch?v=TOB2y6g55wA

    Et un petit texte de mon invention pour les croqueurs et leur bonne humeur :

    J'écris comme je chante de lundi à dimanche.
    De dimanche à lundi je chante comme j'écris
    Au fil de la vie.

    Je vis en fredonnant le jour, en rêvant la nuit
    Refrain en tête, paroles dans l’esprit.
    Accorde ta musique aux notes d’aujourd’hui
    Nous chanterons en chœur l’harmonie des croqueurs
    Pianotant la quinzaine de leur gentille capitaine

    J'écris comme je chante de lundi à dimanche.
    De dimanche à lundi je chante comme j'écris
    Au fil de la vie.

    ABC


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique