• Au gré du souffle du vent :

     

    Je le dis souvent, j'aime toutes les saisons

    et je crois que l'hiver n'aime pas être affublé d'un mauvais caractère,

    paroles de Capitaine en fin de quinzaine.

    Merci à tous pour vos participations

    smile

     

    L’hiver parfois sévère
    N’est jamais austère
    Il s’habille de blanc
    Pour le bonheur des enfants
    Il frappe à notre porte
    Avec une pleine hotte
    Emplie de mille vœux
    Faisant briller les yeux
    Il termine une année
    En fêtes partagées
    Entame la suivante
    La souhaitant souriante
    L’hiver parfois sévère
    Garde bon caractère !

    ABC

     


    18 commentaires
  • Pour ses six ans, ses grands-parents, chez lesquels il allait régulièrement passer quelques jours en banlieue parisienne, lui avaient demandé ce qu’il souhaitait comme cadeau. Il avait répondu, sans hésitation, « allez au marché aux puces »
    C’est ainsi que le 12 avril 1962, il était parti tôt le matin, avec son grand-père, pour découvrir ce fameux marché dont il avait plusieurs fois entendu parler par ses parents qui y avaient trouvé, disaient-ils, « la perle rare ».
    Arrivés sur place, ils ont commencé à se promener parmi une foule bigarrée complètement inconnue du bambin qui ne savait pas où donner de la tête, et qui dès les premiers instants sembla très intéressé par le moindre étal.
    Plusieurs fois son grand-père lui demanda si quelque chose l’attirait plus spécialement, lui précisant qu’il était prêt à lui donner quelques francs pour qu’il puisse par lui-même marchander un ou deux petits trésors qu’il découvrirait. Mais l’enfant refusa en hochant la tête et continua son inspection minutieuse de chacun des étalages dont il approchait…
    Au bout de deux bonnes heures, ce fut le grand-père qui commença à se lasser et qui lui proposa de s’arrêter pour se reposer un peu en cherchant une buvette pour se désaltérer. L’enfant avait hâte de reprendre leur promenade parmi ce bric-à-brac géant et le grand-père bien décidé à faire plaisir à son petit-fils repris le piétinement d’un stand à un autre… À son grand étonnement, le bambin ne se lassait pas et en redemandait encore et toujours, tant et si bien qu’ils y passèrent la journée entière.
    Le soir, quand bien fatigués, ils retrouvèrent enfin la grand-mère dans leur petite banlieue, celle-ci impatiente les questionna sur leur journée, grand-père répondit qu’il était mort de fatigue et son petit-fils qu’il espérait bien y retourner pour ses sept ans car il avait eu beau chercher il n’avait trouvé ni puces, ni perle rare !


    ABC


    (reprise d'un texte publié, il y a longtemps déjà, dans mon premier blog "Détente en poésie")


    12 commentaires
  • Au gré du souffle du vent :

     

    Vendredi 5 janvier : oh surprise !!! Sur le carnet de bord me voici propulsée Capitaine pour la quinzaine. Moi simple moussaillon arf, je dois tenir le cap. je grimpe sur le pont, empoigne la barre aww... Le premier jeudi poésie, j'affame l'équipage en supprimant les mots à tous les croqueurs cry, panique à bord ! Le navire valse dangereusement sur la vague de l'étonnement eek. Se vengeront-ils he ?

    Aujourd'hui de surprise en surprise, ménageant le navire, je vogue prudemment. Je m'attends à quelques surprises yes ...

     

    ABC


    22 commentaires
  • Mon autre jardin des fleurs :

    Pour la photo de la semaine de Patricia

     

    Crépuscule :

     

    un morceau de nuit croque les rayons du soir

    le soleil pâlit, refusant d'aller se coucher,

    jeu de cache-cache nuages

     

    ABC

    (un clic sur la photo)


    18 commentaires
  • Nouveau thème :

     

    Thème : "Le bonheur est un art à pratiquer comme le violon" John Lubbock

    Je n’ai pas d’archet, j’ai un crayon, un petit bonheur tout rond, tout long, pour écrire mes mots, sans motion de censure, mais non sans émotion. Il est mon violon à moi, je ne sais s’il est dingue, d’Indes ou d’Ingres, il est juste mon compagnon de folie, déposant sur le papiers mes mille fantaisies. Certains jouent du violon, beaucoup préfèrent le pipeau, l’un grince, l’autre ment, je ne mens ni ne démens, je m’ancre, en encrant du papier blanc. Ils disent qu’écrire est un art, un art de plume. Je m’en réjouis car la plume c’est comme l’oiseau, et l’oiseau vole toujours plus haut. Je m’emballe et vous déballe quelques sornettes, sans tambours ni trompette, parfois j’en perds la tête, tête de moineau, moineau à plumes et plume de stylo… le bonheur est un art qui se pratique comme le violon.  Moi, je l’écris juste avec un crayon…


    ABC

    Autres participants :

    Colettedc

    Jillbill

    Jeanne Fadosi

    Jamadrou

     

    Prochain thème à publier le samedi 10 février sur votre blog :

    "Une rencontre inattendue à la montagne"

    Merci de me prévenir si vous participez, au plus tard le vendredi 9 février à 18H

    ABC

     


    9 commentaires