• Au fil des ans, au gré du temps :

    thème : « Camille Saint-Saëns, avec des notes, a composé « le carnaval des animaux. A votre tour, avec des mots, écrivez le congrès annuel, des animaux de votre choix.

    Le coq a beau coqueliner, l’oie cacarde plus fort, et la raison du plus fort reste toujours la meilleure.
    L’oie n’a pas de monopole, le jars cagnarde aussi impérativement qu’elle.
    Oie, jars qui présidera le congrès ?

    Le dindon se pavanant sous son masque de carnaval, n’en a que faire. Il glougloute à qui mieux mieux devant dindes et pintades hautaines et indifférentes.

    Les canetons caquettent en cadence, à côté des canes coquettes qui cancanent des cancans concernant les canards coquins aux quinquets clignotants vers les cailles qui carcaillent.

    Ce n’est plus un congrès, c’est un concert cacophonique digne des plus grands poulaillers.

    Les lapins muets rongent tranquillement des carottes dans leur clapier, regardant de loin ce spectacle improvisé, tandis que ces dames lapines veillent sur leur innombrable progéniture.

    Pour ne pas être en reste les poussins pépient et se trémoussent entre les pattes des volatiles, sans se soucier du chat qui veille, tapi non loin dans les herbes folles.

    Un congrès, non, une mascarade qui se renouvelle à chaque printemps. Sans thème, sans loi, sans chef, comme une immense réunion de famille où chacun s’interpelle, où les idées se débattent, où les opinions s’opposent, et rien ne se décide de plus important que la date des retrouvailles dans un an...

    Dans un an ??? Dans un an, au risque de l’appétit de leurs plus grands prédateurs. Prédateurs les gavant pour se gaver eux-mêmes d’œufs en gelée, de foie gras, de terrines de lapin, de canards à l’orange, de poules au pot, de dindes aux marrons et d’autres coqs au vin...

    Mais, au moment où chacun et chacune, à la nuit tombée, songe à se quitter, un bruit d’ailes attire tous les regards vers le ciel... Et, larme à l’œil, silencieuse, admirative et émue, maman cane contemple l’envol majestueux de son vilain petit canard. Il quitte définitivement les lieux, et clôture les débats en trompetant :

    « Il n'y a pas de mal à être né dans une basse-cour lorsqu'on sort d'un œuf de cygne. »* 

    * Hans Christian Andersen

    ABC

    Autres participants (lien avec leur site) :

    Jill Bill

     Colette  
     

    zaza rambette


     Golondrina


    Elea Laureen

     Jeanne Fadosi 

    Jamadrou

    Merci pour vos participation tout au long de l'année scolaire
    Le Nid des Mots est en pause grandes vacances
    Reprise en septembre

    Vos textes seront à publier sur votre blog le 13 septembre
    Thème :
    écrire un texte comportant :
    - Un personnage féminin : une jeune fille écervelée
    - Un personnage masculin : un peintre
    - Un lieu : le sommet d'une montagne
    - Un objet : un peigne
    - Un verbe : se défendre

    Bel et bon été à vous toutes !

    Congrès annuel de la basse-cour

     ABC


    13 commentaires
  • Secret d'étang :
    Récréanote d'Adamante :

    Chats sans chattière :

     

    C’est une histoire de chats, une histoire de lune. La nuit va tomber, les chats sortent de leur torpeur. Les lumières de la ville petit à petit s’éteignent. Les étoiles, une à une, s’allument dans le ciel… Les chats chassent ou draguent, la nuit est leur royaume. La lune s’éveille, sous son halo de lumière un point de rencontre. Chats, chattes, ces messieurs font la loi. Des miaulements sinistres déchirent la nuit. Une fenêtre s’ouvre. Un cri de colère résonne. Les quatre pattes détalent… Sieur Mistigri reste en embuscade. Il guette sa belle. Elle avance à pas feutrés, se détourne, s’approche, ronronne. Elle minaude. Elle est chatte. La lune, indiscrète, éclaire leurs chatteries… Le silence s’installe, la ville dort… Deux mois après des chatons naîtront. Au gré des circonstances, la vie leur offrira gouttière ou litière…

    au clair de la lune

    une histoire bien banale -
    
sans chatière

    
la nuit tous les chats sont gris

    leurs yeux aux éclats d’étoiles


    ABC


    En écho à Martine :

    Dans la campagne, ils gambadent, chassent, deviennent sauvages… Trop souvent abandonnés ils survivent vaille que vaille… La vie de chien parfois serait plutôt une vie de chat, la loi de la jungle restant de mise…

    gris, noirs, tigrés
    l’habit ne fait pas le moine
    au royaume nocturne


    ABC


    16 commentaires
  • Mon autre jardin des fleurs :

    Pour la photo de la semaine pour Patricia

    Geai des chênes :

    Même sous la pluie
    non sans bagarres
    les oiseaux partagent

    Geai des chênes :

    Voir mon article de lundi
    Le geai des chênes a fort à faire avec la pie
    et les grives ont renoncé

    ABC

     


    13 commentaires
  • Secret d'étang : 

    odeurs d'autrefois (ABC)
    infusant
    nos souvenirs d'enfance

    le café noir de Mamie (Martine)
    papi sourit, s'en délecte.

    sous les étoiles- (Martine)
    les enfants sages écoutent
    contes et mythes

    promenons-nous dans les bois (ABC)
    le loup ne s’y cache plus

    un oiseau s’envole (ABC)
    derrière un bonhomme nuage
    le ciel se raconte

    heureux, le nez face aux cieux, (Martine)
    s'inventer du fantastique

    un tilleul en fleurs (Martine)
    mille abeilles à la besogne
    sur le chant des cigales

    comme un refrain estival (ABC)
    pourchassant les jours de pluie

    trop pâle soleil (ABC)
    sur les épis de blé dur –
    lézards en balade

    au loin, une moissonneuse (Martine)
    ici, ah le beau farniente!

    l'azur retrouvé (Martine)
    aller cueillir des fraises
    estomacs en fête!

    cousinage enraciné (ABC)
    au cœur de nos grands-parents

     

    retrouvez Martine :
    Ici


    9 commentaires
  • Grives draines :

    Grives draines :

     

    Grives draines :

    Trois grives draine
    en visite gourmande
    de queue de cerises

    ABC

    (elles peuvent picorer à volonté, les cerises sont chétives et piquées)

    Un clic sur les photos est préférable


    13 commentaires