• Zoé :

    (sur une maison d'un riche marchand de Rodez)

    ABC

    Pour La cour de récré de JB

     


    16 commentaires
  • Visite au musée :

    Après vous avoir fait découvrir mon pays,

    Je vous présente le musée de Panissières

    Musée de la cravate et du textile des collines du matin

    Les bâtiments d'abord :

    Le musée est installé dans une ancienne manufacture de toile construite en 1856.

    Elle a fonctionné jusqu'en 1982, tissant du linge de table damassé en chanvre puis en lin et coton.

    Ces bâtiment sont le témoignage du patrimoine industriel des deux derniers siècles, très présents dans la région.

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    façade vue et réalisée par Caroline Regnault

     

    L'ancien bureau du patron, et un livre d'échantillons de tissus :

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    Deux métiers à tisser, l'un à bras, pour la fabrication de la gaze à bluter :

    Visite au musée :

    l'autre mécanique jacquard :

    Visite au musée :

    Le musée permet de découvrir l'histoire du tissage dans les Montagnes du Matin et ses spécificités,

    Le damassé, utilisé pour le linge de table et les trousseaux :

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    Les soieries et la corseterie, grâce à la proximité de Lyon et de ses fabricants :

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    Et bien sûr la cravate, pour laquelle Panissières a été le premier centre de production français à partir des années 1950 :

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    Visite au musée :

    Je ne vous ai présenté qu'une petite partie des collections du musée,

    j'espère vous avoir donné l'envie de le découvrir par vous même.

    ABC

    (article publié en absence, je viendrais découvrir les vôtres dés que possible)

     


    13 commentaires
  • Roue libre, bis

    La roue tourne toujours

    toute seule

    yes

    ABC


    13 commentaires
  • Et si…

     

    -       Tu en fais une tête !

    -       Je suis furieuse, furieuse et contrariée. Mon petit-fils me boude, mon fils me regarde de travers.

    -       Explique, que se passe-t-il ? Vous vous êtes disputés ?

    -       Même pas, voilà ce qui  est arrivé. Je leur ai dit que je venais de découvrir un nouveau jeu, dans lequel il était proposé de changer de parents, ou de changer d’enfants. J’ai questionné mon petit fils, en premier, lui demandant ce qu’il ferait s’il pouvait changer de parents.

     

    Sa réponse ne se fit point attendre et fut catégorique.

     

    -       Et si, et si, tu en as de bonnes toi, et si pas.

    -       Pourquoi et si pas ?

    -       Parce que moi, l’idée ne me plaît pas.

    -       Pourtant, je t’entends souvent dire, que la mère d’un tel est formidable, par ce qu’elle chante tout le temps. Que le père d’un autre est moins sévère que le tien. Que Grégory a bien plus de jouets que toi avec ses deux maisons et ses multiples frères et sœurs...

    -       Oui, mais non. Un jour, deux jours chez un copain, cela fait du bien, plus non merci. Mes parents ce sont les miens, j’y tiens.

     

    Après cette prise de position ferme et définitive, je suis allée voir ses parents pour leur faire la même proposition en sens inverse. Alors là, la réponse fut cinglante.

     

    -       Mais tu es folle, complètement folle.

    -       Euh…

    -       Parce que toi peut-être tu aurais osé te poser cette question ? Moi, ton fils, tu m’aurais échangé contre un autre ?

    -       Non mais…

     

    Ma belle-fille m’a regardée éberluée comme si j’étais un ovni, tombé du ciel, qu’elle voyait pour la première fois de sa vie. Elle restait complètement coite. J’ai même cru voir une larme pointer au coin de sa paupière.

    Quand à ma fille, à laquelle son frère a rapporté la chose, elle m’a déclaré, en levant les yeux au ciel, qu’il n’y avait que moi pour avoir des idées pareilles.

    J’ai vu le moment où ce serait eux qui voudraient changer de mère.

     

    J’eu bien du mal, à leur expliquer qu’il ne s’agissait que d’un défi d’écriture et que bien évidemment, jamais au grand jamais une telle idée ne m’avait effleurée. Je voulais seulement tester leurs réactions, les leurs comme celles de leur fils et que d’ailleurs j’étais complètement  en accord avec eux. J’ai beau leur dire et leur redire que je cherchais juste quelques idées pour remplir ma feuille blanche, rien n’y fait. Trois semaines que cela dure, trois semaines cela n’a pas de sens…

    Je crois qu’ils vont avoir du mal à s’en remettre et par voie de conséquence moi aussi…

     

    Quelle idée de jouer avec des « Si » !

     

    ABC

     

    Devoir sur table :

     

    Et si Pierre aimait les parents de Paul, que Paul préférait ceux de Jacques qui, lui, ne jurerait que par les siens. Si la sœur de Jacques avait un faible pour le père de Pierre dont la mère ne parlerait que d’avoir un fils comme Jacques. Si Paul ne supportait pas sa sœur en  rêvant à l’adorable petit frère de Pierre, et que, ce petit frère ne souriait qu’à la mère de Paul. Si le Père de Paul était un original songeant à changer d’enfants comme de chemise, tandis que celui de Pierre, à la main de fer, ne supporterait pas les familles nombreuses, espoir fou de la mère de Jacques.

    Le sujet du jour serait de composer la famille idéale pour chacun des trois garçons.

     

    Je lirais, je relirais le sujet. Je me prendrais la tête entre les mains. Je me remuerais les méninges : Pierre, Paul, Jacques, Jacques, Pierre, Paul, la sœur, le frère, sa mère sans son père, son père et son petit frère. Je composerais une familiale salade niçoise. Ce devoir serait bien pire que les problèmes de train de mon enfance. Je chercherais l’inconnu, je débusquerais l’intrus, je croirais toucher au but, je trébucherais, je tournerais en rond… Décidemment, je ne serais pas  douée pour résoudre ce genre d’équations.

     

    En désespoir de cause, j’écrirais :

     

    « Sachant que le but du jeu des 7 familles, jeu traditionnel qui a forgé ma petite enfance, est d’unir chacun de ses membres et non de les séparer. Me souvenant qu’il m’a été enseigné, à l’école primaire, qu’il était impossible d’additionner les choux avec les carottes, et préférable de ménager la chèvre et le chou. Je refuse de mettre Paris en bouteille et jette tous les si à la corbeille. Je brouille les cartes, je les coupe. Contre toute attente, je laisse Pierre, Paul et Jacques dans leur propre famille et je passe la main à mon voisin».

     

    Ce serait ma façon de ne pas rendre une copie blanche, tout en tirant mon épingle du jeu.

     

    ABC

     

    Vous venez de découvrir les deux textes que j'ai écrit pour le nid des mots

    l'atelier a eu lieu mercredi dernier

    le thème était

    "Et si les enfants avaient le droit de changer de parents

    ou

    l'inverse"

     

    Merci à Jill Bill qui elle aussi a participé

     

     

     


    17 commentaires
  • Évasion, jeudi en poésie :

     

    Sous le tempo

    De ses sabots

    Il avançait vagabond

    Au bord d’un ruisseau

     

    Dans le souffle du vent

    Se jouant du printemps

    Caresse de verdure

    Effleurant sa monture

    Chant des oiseaux

    Clapotis de l’eau

     

    Sous le tempo

    De ses sabots

    Il avançait vagabond

    Au bord d’un ruisseau

     

    Du ruisseau à la rivière

    De la rivière à la mer

    En douce solitude

    Sans aucune habitude

    Les épaules sur son dos

    La tête sous son chapeau

    Son esprit en bandoulière

    Pas un regard en arrière

     

    Sous le tempo

    De ses sabots

    Il avançait vagabond

    Au bord d’un ruisseau

     

    Vieux cow-boy débonnaire

    Sans plan de carrière

    Marchant vers demain

    En se donnant la main

    Il rêvait de l’océan

    Du cri des goélands

    D’un billet vers ailleurs

    Espoir d’un vrai bonheur

     

    Sous le tempo

    De ses sabots

    Il avançait vagabond

    Au bord d’un ruisseau

     

    Au bord d’un ruisseau

    Suivant son tempo

    Vagabond

    Sans compagnon

    Vers la mer

    Tête en l’air

    Sous son chapeau

    Au bord de l’eau

    Main dans la main

    De son destin

    Progressant

    Nez au vent

     

    Sous le tempo

    De ses sabots

    Il avançait vagabond

    Au bord d’un ruisseau

     

    À l’horizon

    Adieu vagabond

    Seule sa monture

    Bien loin de la verdure

    Sur une plage déserte

    Reste en alerte

    Là-bas son chapeau

    Sur le sable chaud

    Silence du vent

    Il est absent

     

    Sous le tempo

    De ses sabots

    Il avançait vagabond

    Au bord d’un ruisseau

     

    Au bord d’un ruisseau

    Lui le vagabond

    Emporté par la vague

    S’évade

     

    ABC

     

    Thème proposé par Lénaïg

     

    (texte publié en absence, que j'avais écrit l'an dernier pour le "Nid des mots")

     

     

     


    16 commentaires