• Marché aux puces :

    Pour ses six ans, ses grands-parents, chez lesquels il allait régulièrement passer quelques jours en banlieue parisienne, lui avaient demandé ce qu’il souhaitait comme cadeau. Il avait répondu, sans hésitation, « allez au marché aux puces »
    C’est ainsi que le 12 avril 1962, il était parti tôt le matin, avec son grand-père, pour découvrir ce fameux marché dont il avait plusieurs fois entendu parler par ses parents qui y avaient trouvé, disaient-ils, « la perle rare ».
    Arrivés sur place, ils ont commencé à se promener parmi une foule bigarrée complètement inconnue du bambin qui ne savait pas où donner de la tête, et qui dès les premiers instants sembla très intéressé par le moindre étal.
    Plusieurs fois son grand-père lui demanda si quelque chose l’attirait plus spécialement, lui précisant qu’il était prêt à lui donner quelques francs pour qu’il puisse par lui-même marchander un ou deux petits trésors qu’il découvrirait. Mais l’enfant refusa en hochant la tête et continua son inspection minutieuse de chacun des étalages dont il approchait…
    Au bout de deux bonnes heures, ce fut le grand-père qui commença à se lasser et qui lui proposa de s’arrêter pour se reposer un peu en cherchant une buvette pour se désaltérer. L’enfant avait hâte de reprendre leur promenade parmi ce bric-à-brac géant et le grand-père bien décidé à faire plaisir à son petit-fils repris le piétinement d’un stand à un autre… À son grand étonnement, le bambin ne se lassait pas et en redemandait encore et toujours, tant et si bien qu’ils y passèrent la journée entière.
    Le soir, quand bien fatigués, ils retrouvèrent enfin la grand-mère dans leur petite banlieue, celle-ci impatiente les questionna sur leur journée, grand-père répondit qu’il était mort de fatigue et son petit-fils qu’il espérait bien y retourner pour ses sept ans car il avait eu beau chercher il n’avait trouvé ni puces, ni perle rare !


    ABC


    (reprise d'un texte publié, il y a longtemps déjà, dans mon premier blog "Détente en poésie")


  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Janvier à 06:30

    Fin surprenante et amusante. J'ai aimé te lire comme j'aime flâner au marché aux puces et dans les brocantes et vide greniers sans rien acheter le plus souvent d'ailleurs : juste pour l'ambiance et le plaisir des yeux.

    2
    Mardi 16 Janvier à 08:32

    Ah les noms qu'on donne aux choses hein gamin, sourire... faudra lui expliquer, sinon, !!!!!!

    3
    Mardi 16 Janvier à 08:35

    J'adore la réflexion du bambin !

    Bises et bon mardi Annick

    4
    Mardi 16 Janvier à 08:39

    Un billet tout empreint de réalité enfantine.

    belle journée 

    5
    Mardi 16 Janvier à 09:13

    une jolie chute qui dit l'importance des mots

    bises et bonne journée

    6
    Mardi 16 Janvier à 10:10

    J'aime beaucoup ce texte qui se termine par une note d'humour après qu'on se soit demandé après quoi courait le gamin. Excellent!

    7
    Mardi 16 Janvier à 10:54

    Il suffit de quelques mots pour faire rêver...

    8
    Mardi 16 Janvier à 13:17

    J'étais certaine, que c'était les puces que le petit garçon recherchait...

    9
    Mardi 16 Janvier à 17:26
    colettedc

    Mignon petit bonhomme !!! J'♥ beaucup ton texte, Annick ! Tu as bien fait de le remettre ici, en ce jour ! Bonne soirée ! Amitiés♥

    10
    Mardi 16 Janvier à 18:00

    Ah là là, je me suis promenée avec ce bambin au marché aux puces et même goûté des marrons chauds tandis que les enfants préféraient des pralines et pour finir un chocolat chaud ... De perle rare il n'y en a guère mais des puces, ça je n'en ferais pas le pari ... belle fin de soirée

    11
    Mardi 16 Janvier à 19:01
    J'adore!
    La chute est géniale.
    Bises et douce soirée.
    12
    Mercredi 17 Janvier à 00:59

    sympa cette tranche de vie !!!!

    besos

    tilk

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :