• Le temps qui passe :

    Le temps qui passe :

     

    C’était hier, un jour comme aujourd’hui. Déposant son fardeau aux portes de l’oubli, il a tourné le dos aux racines de sa vie.
    C’était hier, un vilain jour de pluie. Le ciel pleurerait-il les rudesses de la vie ?
    Elle regarde sans voir et voit sans regarder.
    Son horloge interne a cessé de tourner. Ces journées sont très courtes, ces nuits éternité.
    Il s’essouffle sans respirer et respire sans souffler.
    Sur sa montre, la trotteuse ne fait qu’accélérer au piège de ses responsabilités. Les jours, les semaines, les mois s’égrènent en années.
    Enfant, elle lui chantait « …que tout le temps qui passe ne se rattrape guère, que tout le temps perdu ne se rattrape plus… ». Adulte, il ne s’en souvient plus.
    Son temps à elle s’est figé, le sien s’est emballé…
    Ce matin même, au son de sa pendule, elle a arrêté de respirer. Ce matin même, à l’heure de son réveil, il a pris le temps de pleurer.
    « …tout le temps qui passe ne se rattrape guère, tout le temps perdu ne se rattrape plus… »

    ABC

     

    À l’ombre du temps qui passe,
    L’onde d’un ruisseau,
    Goutte à goutte s’égoutte
    La clepsydre des ans,
    Au rythme du chant des oiseaux.
    Chant du hibou
    Cri de la chouette
    S’envole la fauvette
    Du champ du père Jeannot.
    Quand sonne l’angélus,
    Au clocher de l’église,
    Se suspend le labeur des labours.
    Au souffle du vent,
    De semence en semence,
    À l’ombre du temps qui passe,
    Naissent les têtes blondes,
    Disparaissent les cheveux blancs.
    Siffle le merle,
    Jacasse la pie
    Égrainant les jours et les semaines
    Du chapelet des ans.


    ABC

     

    Autres participations :

    Jacou33

    Jeanne Fadosi

    Colettedc

    Jill Bill

    Matine 85

     

    Merci à tous pour vos participations  et vos commentaires durant toute cette année scolaire. Pour que vous ne vous rouillez pas durant les deux mois à venir, voici vos devoir de vacances :
    Écrire le texte de votre choix qui comprendra impérativement,
    Un objet : un chapeau, un verbe : écrire, un lieu : un manège de chevaux de bois, un personnage féminin : une standardiste et un personnage masculin : un cuisinier du dimanche.

    Ce texte sera à publier sur vos blogs le samedi 16 septembre, je vous en reparlerai en temps voulu.

    Bel et bon été

    ABC


  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Juin à 06:50

    Avoir sa place au soleil à l'ombre du temps qui passe, sans regret ni remord quitter la vie un jour... Ok pour le thème de septembre, bel été aussi, merci, jill

    2
    Samedi 17 Juin à 06:59
    Bravo pour tes deux textes sur le temps. Tu n'as pas indiqué ma participation que je t'ai signalée. Bon week-end.
      • Samedi 17 Juin à 08:47

        Voilà c'est fait, je vérifie les annonces de participation le vendredi soir, c'est ainsi que tu n'étais pas notée... Bonne journée et merci smile

    3
    Samedi 17 Juin à 07:36

    Jolis textes au temps qui passe Annick. Bravo.

    Bises et bon samedi

    4
    Samedi 17 Juin à 09:21

    On sent bien la pendule qui égrène ses heures inexorablement, toutes ces tâches laissées en suspens quand la fatigue est là, le regret du temps perdu à des riens, celui aussi à ne pas dire , à ne pas faire, l'angoisse de la perte et du départ

    bises et bonne journée

    5
    Samedi 17 Juin à 10:19

    Deux très beaux textes, très émouvants et bien écrits. Bon week-end Annick... si c'est possible

    6
    Samedi 17 Juin à 10:22

    Deux très beaux textes qui se complètent et se répondent, le sablier du temps est inexorable et elle est si juste cette phrase de chanson à mettre en maxime le temps perdu ne se rattrape plus.

    bises et belle fin de semaine

    7
    Samedi 17 Juin à 10:53

    bon week -end a vous tous

    8
    Samedi 17 Juin à 15:06

    Sensibles et délicats, tristes et tendres... j'ai adoré tes deux texte

    9
    Samedi 17 Juin à 15:15

    Tu as publié ici une page très émouvante... tout en me remettant une chanson en tête. J'hésite entre les larmes et le sourire.

    Barbara... et sa voix magnifique !

    Merci, ABC.

     

    10
    Samedi 17 Juin à 16:24
    colettedc

    Deux superbes textes, Annick !!! Mille et un bravos !!! Bonne et belle fin de semaine ... au 16 septembre ... bon et bel été également ... amitiés♥

    11
    Dimanche 18 Juin à 12:11

    Bonjour chère Annick,

    Que c'est beau et si vrai ! Je ressens tout cela et de plus en plus car à la suite de mon père c'est ma mère qui prend la suite de la souffrance des ans...

    MERCI pour tes mots.cool

    Je te souhaite un agréable dimanche ici dans la chaleur.

    Annie

     

    12
    Lundi 19 Juin à 05:21

    Belle écriture! Le temps s'entend, s'étend jusqu'à cent ans parfois. Le temps s'oublie aussi à l'abandon des heures pour un chant d'oiseau, un nuage blanc, une étrange fleur.

    13
    Lundi 19 Juin à 08:48

    bonne semaine sous le soleil 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :