• Herbier poésie :

    Combien faudrait-il de coquelicots
    pour éponger peur, sueur et sang ?
    un seul
    suffirait
    s'il savait
    d'un coup de gomme
    effacer les plaies
    consoler les peines
    un seul
    qui d'année en année
    se multiplierait
    en chant de paix

    Sur un champ d'espoir



    ABC

     

    Voir l'illustration chez Adamante


  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Novembre 2015 à 06:20

    Emouvante interprétation du tableau chez Adamante. Beau mardi.

    2
    Mardi 24 Novembre 2015 à 07:40

    Ah su seulement c'était vrai ce serait merveilleux bonne journée

    3
    Mardi 24 Novembre 2015 à 08:03

    Un merveilleux poème...

    Merci

    4
    Mado
    Mardi 24 Novembre 2015 à 08:35

    Très beau poème qui colle à l'actualité ...... Moins à l'image toute en couleur et en gaieté !

      • Mardi 24 Novembre 2015 à 09:46

        Le champ sur lequel pousse les coquelicots est bien sombre, les coquelicots font rejaillir la vie...

    5
    Mardi 24 Novembre 2015 à 08:51

    Bonjour ABC... quel siècle verra enfin une paix royale, cesser d'y croire c'est mourir un peu...

    6
    Mardi 24 Novembre 2015 à 11:05
    Josette

    belle interprétation de la photo ...

    7
    Mardi 24 Novembre 2015 à 13:45

    Bonjour Annick,

    Et d'un j'aime beaucoup les coquelicots et de deux j'adore ta belle et sage idée... Que Dieu t’entende mais surtout les hommes...

    Merci et mon amitié.

    Annie

    8
    Mardi 24 Novembre 2015 à 14:46

    oui comme tu dis un seul suffirai "s'il savait" faire tout ça...mais voila.....

    très beaux mots

    bisous

    patricia

    9
    Mardi 24 Novembre 2015 à 16:39
    colettedc

    Bravo Annick ! C'est magnifique ! Douce poursuite de ce jour ! Amitiés♥

    10
    Mardi 24 Novembre 2015 à 16:59

    Beau texte, gardons espoir

    11
    Mardi 24 Novembre 2015 à 18:09

    un poème bien émouvant

    12
    Mardi 24 Novembre 2015 à 20:11

    Que les mots couleur coquelicot

    redonnent naissance à la paix et à l'amour!

    13
    Mardi 24 Novembre 2015 à 20:31

    Bonsoir Annick,

     

    Très beau poème, très émouvant, avec l'écho de cette actualité dramatique parisienne

    Bises

    14
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 00:31

    Joli poème comme un coq...

    15
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 14:23

    alors courons vite  à la recherche de ce coquelicot !

    16
    Mercredi 2 Décembre 2015 à 10:48

    Un seul suffirait... mais ils ne savent pas, hélas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :