• Herbier-poésie :

     

    Herbier-poésie :

     

    Entre terre et ciel
    les pieds dans ses pantoufles
    Sieur Soleil se couche

     ***

    Entre ombre et lumières
    les cœurs saignent
    notre terre est souillée

     

    ABC

     

    les autres participations sont à découvrir chez : Adamante


  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Novembre 2015 à 05:36

    C'est tellement plus poétique en un n'est-ce pas.... en deux quel malheur !

    2
    Mardi 17 Novembre 2015 à 06:48

    J'aime beaucoup le premier et l'image du soleil avec ses pantoufles. Il se lèvera demain guilleret et s'habillera de lumière. La vie reprend

    3
    Mardi 17 Novembre 2015 à 07:27

    je crois que Dieu aussi traîne dans ses pantoufles dans son joli paradis au lieu de s'occuper se son jardin la terre

      • Mardi 17 Novembre 2015 à 09:12

        Il ne peut rien faire sans les hommes...

    4
    Mardi 17 Novembre 2015 à 08:41

    En se couchant, le soleil nous regarde avec compassion. Amitiés. Joëlle

    5
    Mardi 17 Novembre 2015 à 09:01

    Tout est là.

    Merci, ABC.

    Passe une douce journée.

     

    6
    Mardi 17 Novembre 2015 à 09:29

    Très jolie poésie, bonne journée

    7
    Mardi 17 Novembre 2015 à 09:39

    Bonjour Annick,

    En quelques mots tu as résumé l'essentiel... Les pieds dans mes pantoufles je me pose bien des questions sur l'avenir de notre pauvre monde...

    Amitiés et une douce journée tout de même.

    Annie

    8
    Mardi 17 Novembre 2015 à 10:39
    Josette

    il y a un poème de Prévert qui commence : "où va t il tout ce sang répandu sur la terre..."

    9
    Mardi 17 Novembre 2015 à 11:16

    j'aime bien le soleil qui se couche avec ses pantouffles....

    la suite c'est si triste

    bisous

    patricia

    10
    Mardi 17 Novembre 2015 à 16:51

    Tes mots sont pleins de vérité!

    de réalité!

     

     

    "À quoi servirait-il de fuir?
    Partout on tue, on incarcère.
    Le monde est lassé à mourir
    De tant de haines et de guerres.

    Et l’on a beau scruter le ciel,
    Chercher derrière les nuages
    Une lueur providentielle,
    Rien que la nuit, que les orages.

    Et l’on a beau vouloir parler
    À coeur franc de ce qui nous hante.
    La crainte nous serre le ventre,
    Et personne n’ose parler.

    Et l’on a beau vouloir crier
    Qu’on a les pieds, les mains liés.
    Comme personne, ici, ne crie,
    On se tait par humilité."

     

    Maurice Carême

    11
    Mardi 17 Novembre 2015 à 17:18
    colettedc

    C'est super et complet Annick ! Bonne et douce soirée de ce mardi ! Amitiés♥

    12
    Mardi 17 Novembre 2015 à 18:23

    c'était un clin d'oeil à une tapisserie de Dom Robert que j'ai vue à Sorèze où Dieu est effectivement en pantoufles en train d'arroser ses fleurs et ses salades pendant que le serpent le guette

    13
    Mardi 17 Novembre 2015 à 19:13

    ce soir je l'ai capté dans ses pantoufles!

    14
    Mardi 17 Novembre 2015 à 19:39

    Je suis d'accord avec Jill, la poésie du soleil et celle de la nuit. Belle soirée.

    15
    Mardi 17 Novembre 2015 à 22:50

    La poésie vaincra

    16
    Mardi 17 Novembre 2015 à 23:04
    erato:

    J'aime beaucoup le premier , le deuxième est réel mais je lui sens une connotation de définitif  ( j'ai surement un esprit tortueux ) 

    Douce soirée, bises Annick

    17
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 13:38

    terre souillée de sang c'est grave

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :